Discover: Works inspired by found objects – Garland magazine 

The visual arts and crafts online magazine Garland has an exhibition at the moment presenting one of my necklaces. The theme of the works presented by various visual artists is « Discover: Works inspired by found objects ».

Encounters, 2015, eucalyptus pods, sea polished domestic ceramic chards, linen threads, sterling silver finding
Of my necklace I say: The juxtaposition of finds from beachcombing and “bushcombing”—of European migrants’ domestic ceramic chards polished by the Indian Ocean and of indigenous eucalyptus tree pods—symbolise the encounters between the early European settlers and the Noongar people. 

Shipwreck at CY O’Connor beach, South Fremantle, Western Australia. Photo Blandine Hallé.
Le magazine Garland présente un de mes colliers dans son exposition en ligne intitulée “Découvrir : œuvres inspirées d’objets trouvés ». Mon collier symbolise la rencontre des migrants Europeans et des populations indigènes de l’Australie Occidentale – les Nyoongar – par une juxtaposition de morceaux de céramique polis par l’océan indien et d’élément de graines d’eucalyptus.

Exhibiting at BRAG

Looking out the window 6, necklace.

Until 24 June 2018 at Bunbury Regional Art Gallery (Western Australia) are displayed 6 of my brooches and a necklace as part of WAnt exhibition. This show was presented earlier in April 2018 at Ellenbrook gallery, North of Perth, and in August 2017 at Brunswick gallery in Melbourne.

Looking out the window 4, brooch detail.

Jusqu’au 24 juin 2018 au “Bunbury Regional Art Centre” (Australie Occidentale) sont présentées 6 de mes broches et un collier qui font parties de l’exposition WAnt. Celle-ci vient d’avoir lieu à la la galerie d’Ellenbrook, au nord de Perth, en avril 2018, et précédemment à la galerie Brunswick à Melbourne en août 2017.

WAnt exhibition at Ellenbrook gallery, Western Australia 

Mirar por la ventana 5

The opening of this exhibition is this Sunday 18 March 2018 at 2pm. I will be giving an artist talk on Saturday 17th at 2pm. This is the same show that was presented in Melbourne last August during Radiant Pavillion. It is now touring in Western Australia: this month at Ellenbrook gallery (follow link for more information on how to get there) near Perth, and in May-June at Bunbury Regional Art Gallery, 2 hours South of Perth.

The show is advertised in Scoop Events online magazine

Together with 18 other selected jewellers, I am presenting the series of 6 brooches & a necklace I made recently in Barcelona during my post-graduate diploma of applied arts at Escola Massana

Mirar por la ventana 4

Le vernissage de cette exposition est ce dimanche 18 mars à 14h. Je ferai une présentation publique samedi 17 à 14h. Cette expo est la même que celle présentée à Melbourne en août dernier pendant l’événement Radiant Pavillion. Elle est ce mois-ci à la galerie d’Ellenbrook à côté de Perth. En mai-juin elle sera à la galerie régionale d’art de Bunbury à 2h au sud de Perth.

L’exposition est présentée dans le magasine en ligne Scoop Events

Avec 18 autres bijoutiers sélectionnés, je présente la série de 6 broches et un collier faite récemment à Barcelone lors de mes études de diplôme supérieur d’arts appliqués à l’école Massana.

Mirar por la ventana 6

Article in OZ ARTS magazine on WAnt exhibition

Great article in OZ ARTS Magazine, Issue 12 of Spring 2017 (in full here) by Dr Dorothy Erickson on the jewellers participating to WAnt exhibition  at Brunswick Street Gallery (18-30 August), in the trendy district of Fitzroy in Melbourne. On pages 14 & 15 she presents my work with 2 photos:

OZ Arts Magazine, Issue 12, Spring 2017, pages 14-15

Pages 14-15 Dr Erickson writes:

“Another latecomer to jewellery is Parisian Blandine Hallé who arrived in Western Australia in 1997 after adventures in a variety of countries that included being a trekking guide in Algeria and the European Alps. She decided to stay and completed a Bachelor of Commerce at Curtin University of Technology in 2001 and in 2003 a Graduate Diploma in Secondary Education. Although she began craftwork as a woodworker assisting disabled people, enrolling in Jacquie Sprogoe’s enamelling classes at Fremantle Arts Centre saw her change disciplines and she took an Advanced Diploma of Jewellery Design at the Central Institute of Technology in 2013 and then in 2016 commenced a postgraduate Diploma of Applied Arts at the Escola Massana in Barcelona in Spain graduating in June 2017.

She says: “Following the model of circular economy, I design and make jewellery using discarded materials that I recycle and repurpose. As I am walking around the urban or natural landscape, I collect things I find – objets trouvés. I delight in transforming the mundane and the discarded: through a joyful alchemy, the old and the dirty give birth to a colourful and bright artwork.” Chain of Fools 2 won the Best Interpretation of the Theme at the biennial JMGA exhibition What goes Around. The work in the current exhibition was created in Barcelona where the architectural details fascinated her. The series “looking out of the window” (in Spanish “mirar por la ventana”) is an evocation of windows of Barcelona and architectural details inspired by tiled roofs, balconies, shutters … The window symbolises the passage between private and public space, between inside and outside, as a means of connection between our own inner emotional and psychic world and the outside world of people and the environment.”

Brunswick Street Gallery, Fitzroy, Melbourne

I helped with the set up of the exhibition, which was well organised by Jacquie Sprogoe and curated by Brenda Ridgwell and Dr Dorothy Erickson.

exhibition set up
exhibition set up
Looking out the window series – 6 brooches & 1 necklace
WAnt exhibition opening night
WAnt exhibition opening night

The opening night was well attended and we received numerous compliments throughout the week, as the visitor’s book shows:

WAnt exhibition – visitors’ book

Un très bon article dans OZ ARTS Magazine, numéro 12 du printemps 2017 (article complet ici) par Dr Dorothy Erickson sur les bijoutiers qui participent à l’exposition WAnt à la Brunswick Street Gallery (du 18 au 30 août), dans le quartier branché de Fitzroy à Melbourne. Page 14 et 15 elle présente mon travail avec deux photos :

“Une autre personne venue tardivement aux bijoux est la parisienne Blandine Hallé qui est arrivée en Australie Occidentale en 1997 après des aventures dans différents pays comme d’être guide de trekking en Algérie et dans les Alpes Européennes. Elle décida de rester et a terminé une licence de commerce à l’université de technologie Curtin en 2001 et en 2003 un diplôme supérieur pour l’enseignement secondaire. Bien qu’elle ait commencé le travail artisanal par le bois en tant qu’assistante pour personnes handicapées dans un atelier de menuiserie, les classes d’émaux avec Jacquie Sropoe au Centre d’Art de Fremantle lui ont fait changer de discipline. Elle a terminé en 2013 le diplôme avancé de design de bijoux à l’Institut Central de Technologie à Perth, et en 2016 elle a commencé le diplôme supérieur d’arts appliqués à l’école Massana, Centre d’art et de design de Barcelone qu’elle vient de terminer en juin 2017.

Elle dit : « En suivant le modèle d’économie circulaire, je conçois et je fabrique des bijoux en utilisant des matériaux que je recycle et dont je change la fonction. Alors que je marche dans le paysage urbain et naturel, je ramasse des choses que je trouve – des objets trouvés. Je prends plaisir à transformer ce qui est banal et rejeté : par une alchimie joyeuse, le vieux et le sale donnent naissance à une œuvre d’art colorée et lumineuse. »

Le collier « Chain of fools 2 » a gagné le prix de la Meilleure Interprétation du Thème à l’exposition biennale de JMGA « What goes Around ». Les pièces présentées dans cette exposition ont été créées à Barcelone où elle a été fascinée par les détails architecturaux. La série « Regarder par la fenêtre » (en espagnol « mirar por la ventana ») est une évocation des fenêtres de Barcelone et leurs détails inspirés par les tuiles des toits, les balcons, les volets… La fenêtre symbolise le passage entre l’espace privé et public, entre l’intérieur et l’extérieur, comme un moyen de connexion entre notre monde intérieur émotionnel et psychique, et le monde extérieur des gens et de l’environnement.”

J’ai participé à l’installation de l’exposition. Nous avons eu de nombreux visiteurs pour le vernissage ainsi que de nombreux commentaires positifs comme en témoigne le livre des visiteurs.

WAnt exhibition in Melbourne

My series “looking out the window” of 6 brooches and 1 necklace from my recent Postgraduate studies at the Massana school in Barcelona will be soon presented at this group exhibition in Melbourne. I am very happy and honoured to have been selected to be part of this show. It takes place during the Radiant Pavilion: Melbourne Contemporary Jewellery and Object Biennial that runs from 26 August to 3 September. This one week event will present 80 different presentations all over the city: exhibitions, conferences, workshops, performances and installations… Part of these presentations is the forum MakingOut which is presented in partnership with RMIT University School of Art, the National Gallery of Victoria and Radiant Pavilion.

Looking out the window 4 – detail

Afterwards, the WAnt exhbition will be  traveling: it will be presented in 2018 in Western Australia in Ellenbrook and Bunbury.

Looking out the window 6 – detail.

Ma série de 6 broches et 1 collier, intitulée “en regardant par la fenêtre”, faite pendant mon diplôme supérieur d’arts appliqués à l’école Massana de Barcelone, sera bientôt présentée dans cette exposition de groupe à Melbourne. Je suis très heureuse et fière d’avoir été sélectionnée pour faire partie de ce show. Il aura lieu pendant le Radiant Pavillon : la biennale du bijou et de l’objet contemporain à Melbourne. Celle-ci a lieu du 26 août au 3 septembre. Cet évènement d’une semaine est fait de 80 présentations différentes dans la ville : expositions, conférences, ateliers, performances et installations… Le forum MakingOut fait partie de ces présentations et est organisé en partenariat avec l’université de RMIT, la Galerie Nationale de Victoria et le Radiant Pavilion.

L’exposition Want voyagera ensuite: elle sera présentée en 2018 en Australie Occidentale à Ellenbrook et Bunbury.

Le titre de l’exposition « WAnt » est un jeu de mot entre WA qui l’acronyme pour Western Australia, et le verbe « to want » qui veut dire vouloir.

Not for sale – Garland online exhibition

Ceci n’est pas une pipe (Day 22), 2015. Found objects, thread

One of my necklaces from the “40 days – 40 necklaces” series has been selected to be presented in  Not For Sale, an online exhibition in Garland Magazine Issue # 7  (when browsing the page online, it is image 38th)

The exhibition considers not just what we make, but also why we make. It looks at works that were made without expectation of financial reward.

My necklace is “ceci n’est pas une pipe” and here is what I say about it:

It is day 22 of doing one new necklace for 40 days. I look around my studio for inspiration and I decide: today I will be using this pipe. I had it for only a couple of years but it acts as a souvenir of my childhood, of a man I admired and loved and who smoked the pipe. He was the father of my best friend and he holds a special place in my heart as a fatherly figure. He was always caring about how I was doing and showing interest in my activities and thinking; the exact opposite of my distant father. Objects have a purpose that they are meant to be used for. And with that purpose is associated a name. The object “pipe” is used to smoke. Once I had dismantled the object and re-assembled it into a necklace—in the spirit of Marcel Duchamp’s Readymade—its purpose had change, and so its name. The title imposed itself as obvious:”ceci n’est pas une pipe” (this is not a pipe). Of course, I also enjoyed the reference to Magritte’s famous painting “ceci n’est pas une pipe” through which he stated that the image of an object is not the object itself. I found pleasure in taking the statement further, that when an object is being re-purposed, when it is not being used for what it was initially meant for, it also loses its name. “This is not a pipe” is a necklace. Objects have that power of carrying memories and emotional meaning, whatever we do with them. Now this necklace has two souvenirs associated with it: the one of the fatherly man of my childhood, and the period of my life I made it: a few months before my mother’s passing. Cherished memories are not for sale. They are priceless.

Un de mes colliers de la série “40 jours – 40 colliers” a été sélectionné pour être présenté dans l’exposition intitulée « Pas à vendre »  dans le magazine en ligne Garland. Cette exposition parle de pièces que l’on fait sans attendre de récompense financière. Mon collier s’intitule « Ceci n’est pas une pipe » et voilà ce que j’ai expliqué :

C’est le 22ème jour des 40 jours où je fais un nouveau collier chaque jour. Je regarde autour dans mon atelier pour trouver l’inspiration et je me décide : aujourd’hui j’utiliserai cette pipe. Je l’ai depuis quelques années seulement mais elle représente un souvenir de mon enfance, celui d’un homme que j’admirais et que j’aimais et qui fumait la pipe. Il était le père de ma meilleure amie et il tient une place spéciale dans mon cœur comme une figure paternelle. Il demandait toujours comment j’allais et exprimait un intérêt dans ce que je faisais et ce que je pensais ; exactement l’opposé de mon père distant. Un objet a une utilité pour laquelle il est utilisé. Et avec cette utilisation est associé un nom. L’objet « pipe » est utilisé pour fumer. Une fois que j’ai eu démonté la pipe et que je l’ai ensuite réassemblée en un collier – à la manière de Marcel Duchamp et ses Ready-made – son utilisation changea, ainsi que son nom. Le titre s’est imposé de manière évidente : « ceci n’est pas une pipe ». J’ai également pris plaisir à évoquer la référence au tableau célèbre de Magritte, « ceci n’est pas une pipe »  où il affirme que l’image de l’objet n’est pas l’objet lui-même. J’ai amené l’affirmation plus loin en disant que quand un objet change d’utilisation, quand il n’a plus le même usage qu’à l’origine, alors il perd son nom. « Ceci n’est pas une pipe » est un collier. Les objets ont le pouvoir de porter en eux-mêmes des souvenirs et un sens émotionnel, quel que soit l’usage que l’on en fait. Maintenant ce collier a deux souvenirs qui lui sont associés : l’un de cette figure paternelle de mon enfance, et l’autre de la période où j’ai fait ce collier, quelques mois avant le décès de ma mère. Les souvenirs précieux ne sont pas à vendre. Ils n’ont pas de prix.

 

 

Postgraduate Show & Diploma – Massana School, Barcelona

My 9 months stay in Barcelona is coming to an end. Last week I received the Postgraduate Diploma of Contemporary Applied Arts from the Massana School, Centre d’Art i Disenny (UAB).

2017 Postgraduate group with teachers and coordinators in front of Massana school

Prior to that the 15 postgrad students held an exhibition – In material – at  the gallery of Centre d’Artesania Catalunya, the Catalan centre for crafts located in the old district El Gotico. A great diversity of works in textile, ceramics, glass and jewellery was presented by our group. My pieces at the show comprised of 3 brooches and a necklace.

In front of my pieces at the Postgraduate Graduation Exhibition at Artesania Catalunya, 26-29 May 2017

An article in the Spanish magazine on arts & crafts Oficio y Arte was published about our 4 days exhibition.

Oficio y Arte magazine article, June 2017

From the start with my studies my intent was to bring together the different media of my art practice: photography, digital art and contemporary jewellery. For this I focused my work on the theme of the window, being symbolic of the passage between private and public space, between our inner emotional, psychological state and the world and people around us. I saw the window as an invitation to communication between those two worlds. It is through communication with others that we construct the image of who we are, that we develop our sense of identity. The windows not only let us see what is on the other side; they also act as mirrors which reflect our image. Hence the name of my project: “Mirar por la ventana” in Spanish – looking out of the window (or looking out the window).

looking out from my room in El Gotico. © B. Halle 2017

Starting from photos of buildings I took in my numerous wanders around Barcelona, I then edited the photos and incorporated the digital images I had created into the design of jewellery. During the first semester I worked with photos showing the original colours of the windows/buildings in a literal manner.

Original, unedited photo. From this…
… to this. Looking out the window 2. Brooch. Patinated brass, photographic paper, polycarbonate. © B. Halle 2017
Original unedited photo. From this….
… to this. Looking out the window 3. Brooch. Patinated brass, photographic paper, polycarbonate. © B. Halle 2017

The second semester started with a workshop with Dutch contemporary jeweler Katja Prins. These two  days were very inspiring and brought my project to another level. I then worked the photos in black and white and added hues of orange and green that I associate with nature: the green of grass & tree leaves, the orange sunset & flowers. I juxtaposed this organic element of colours of nature with the geometric forms and line of urban architecture. This process also allowed for the creation a visual cohesion and continuity in the series of pieces of jewellery I intended to make. After many more maquettes and prototypes,  I progressively left aside the literal image of windows for a more poetic evocation that left space for the free interpretation of the viewer. I also did more research and maquettes to find ways of bringing a third sculptural dimension to the plane surface of photographs.

Looking out the window 4. Brooch. Gold plated & patinated brass, photographic paper, polycarbonate. © B. Halle 2017

The organic element is even stronger in this necklace:

Looking out the window 6, necklace. Gold plated & patinated brass, kernel, thread. © B. Hallé 2017

I also developed decorative pieces inspired by architectural elements of the buildings of Barcelona: roof tiles, balconies…

Looking out the window 5. Brooch. Gold plated & patinatedbrass, photographic paper, polycarbonate. © B. Halle 2017

Having just graduated, my experience is that my project hasn’t reached its complete maturity yet. During the second semester we had another workshop with Spanish jeweler Marc Monzo . During that time I worked on sculptural maquettes that could later be transformed into pieces of jewellery. So I leave Barcelona with an open door in front of me, the artistic journey has just started.

Looking out the window 7B. Brooch. Patinated sterling silver, photographic paper, polycarbonate. © B. Halle 2017

Mon séjour de 9 mois à Barcelone arrive à sa fin. La semaine dernière j’ai reçu le diplôme supérieur d’arts appliqués de l’école Massana, Centre d’art et design (UAB).

Avant cela les 15 étudiants ont tenu une exposition – in material – à la galerie du Centre Catalan d’Artisanat, dans le vieux quartier du Gotico. Une grande diversité d’œuvres textile, céramique, verre et bijoux a été présentée par notre groupe. Mes pièces exposées étaient trois broches et un collier.

Il y a eu un article sur l’exposition de 4 jours dans le magazine espagnol d’artisanat d’art Oficio y Arte.

Dès le début du cours mon intention était de rassembler ensemble les différents media de ma pratique artistique : photographie, art numérique et bijou contemporain. Pour cela j’ai focalisé mon travail sur le thème de la fenêtre, en tant que symbole du passage entre l’espace privé et le public, entre notre état émotionnel et psychologique et le monde des gens autour de nous. J’ai vu la fenêtre comme une invitation à la communication entre ces deux mondes. C’est à travers la communication avec les autres que nous construisons l’image de qui nous sommes, que nous développons notre identité. Les fenêtres non seulement nous laissent voir ce qu’il y a de l’autre côté, mais également elles agissent comme un miroir qui réfléchissent notre image. D’où le nom de mon projet : «mirar por la ventana » en espagnol – en regardant par la fenêtre.

En partant des photos d’immeubles que j’ai prises dans mes nombreuses déambulations dans Barcelone, j’ai ensuite travaillé ces images puis je les ai incorporées dans le design des bijoux. Pendant le premier semestre, j’ai utilisé les photos d’une manière littérale en gardant les couleurs d’origine des fenêtres et des immeubles.

Le deuxième semestre a commencé par un atelier avec l’artiste bijoutière hollandaise Katja Prins. Ces deux jours ont été source d’inspiration et ont porté mon projet à un autre niveau. J’ai alors travaillé avec les photos en noir et blanc, et j’ai ajouté des teintes de vert et d’orange que j’associe avec la nature : le vert de l’herbe et des feuilles d’arbres, l’orange du coucher de soleil et des fleurs. J’ai juxtaposé ces couleurs de la nature avec les formes et lignes géométriques de l’architecture urbaine. Ce procédé m’a aussi permis de créer une cohérence et une continuité visuelle dans la série de bijoux que j’avais l’intention de faire. Après de nombreuses maquettes et prototypes, j’ai progressivement mis de côté les images littérales des fenêtres pour faire place à une évocation poétique qui laisse de l’espace pour la libre interprétation du spectateur. J’ai également fait plus de recherche et de maquettes afin de trouver les moyens d’ajouter une troisième dimension sculpturale à la surface plane de la photo.

L’élément naturel est encore plus fort dans le collier où j’ai utilisé des noyaux de fruits.

J’ai également développé des éléments décoratifs inspirés de l’architecture des immeubles de Barcelone : tuiles de toit, balcons…

Alors que je viens juste d’être diplômée, mon expérience est que mon projet n’a pas encore atteint sa maturité. Pendant le deuxième semestre nous avons eu un autre atelier avec l’artiste bijoutier espagnol Marc Monzo. J’y ait travaillé sur des maquettes sculpturales qui peuvent être ensuite transformées en bijoux. Je quitte donc Barcelone avec une porte ouverte en face de moi, le voyage artistique ne fait que commencer.

 

Best Interpretation of the Theme Award & News Article

Day 17_closeup_100days100necklaces
Chaine of fools 2, day 17. Detail, 2015. Repurposed steel found objects, paint. © Blandine Hallé

My necklace “chain of fools 2” won the “best interpretation of the theme” award at the What Goes Around exhibition that just opened at the Turner Gallery in Perth, WA. My submission form said: What goes around… a steel wire around an empty void to form a spiral.

Chain of fools 2. Repurposed found steel objects, paint.
Chain of fools 2. © Blandine Hallé 2015

award-tag_web A big thank you to the jurors Dr Dorothy Erickson and Philip Noakes. Thank you also to JMGA (WA) and Western Frontier for their financial contribution to the award.

On 22 November 2016, the local paper Fremantle Gazette (Community News) published this article. Note that it was written before I received the award, that is why there is no mention of it. The photo was taken recently in the jewellery workshop of the Massana school in Barcelona where I am currently studying for a Postgraduate Diploma in Applied Arts.

community-newspaper-group-cockburn-gazette-22-nov-2016-page-24Mon collier “chain of fools 2” a gagné le prix de la “meilleure interprétation du thème” à l’exposition What Goes Around (Ce qui va autour) qui vient juste d’ouvrir à la galerie Turner à Perth, WA. Sur mon dossier d’application j’avais écrit : Ce qui va autour… un fil de métal autour un espace vide pour former une spirale.

Un grand merci aux jurés Dr Dorothy Erickson et Philip Noakes. Merci également à JMGA (WA) et Western Frontier pour leur contribution financière à ce prix.

Le 22 novembre 2016, le journal local Fremantle Gazette (Community News) publiait cet article. Notez qu’il a été écrit avant que je reçoive le prix, c’est pourquoi il n’en n’est pas fait mention. La photo a été prise récemment à l’école Massana de Barcelone où je poursuis actuellement des études pour un diplôme « postgraduate » d’arts appliqués (2ème cycle).

 

What goes around exhibition

Here is an invitation to come and see my work at this group exhibition opening in Perth this Friday 25 November. It is organised by the Jewellers and Metalsmith Group of Australia (WA) and takes place only every 2 years. This year it is hosted by the renowned Turner gallery and will be presenting the works of 44 local contemporary jewellers.

I am very grateful to the JMGA team to have enable me to participate while I am being  in Barcelona. I am presenting two necklaces from my “40 days 40 necklaces” series. On the invitation you can see the close-up images of both pieces:  “Chain of fools 2” is at the top row, middle photo; “Blossoming” is on the middle row, left photo.

Illustrating the theme “what goes around”, the “Blossoming” necklace represents a reticulation pipe going around a garden of blossoming flowers; the other necklace “chain of fools 2” is made of steel wires that go around an empty void to form spirals.

Following the model of circular economy, I design and make jewellery using discarded materials that I recycle and repurpose. As I am walking around the urban or natural landscape, I collect things I find – objets trouvés. I delight in transforming the mundane and the discarded: through a joyful alchemy, the old and the dirty give birth to a colourful and bright artwork.

Voici une invitation pour venir voir deux de mes œuvres à cette exposition de groupe qui ouvre à Perth ce vendredi 25 novembre. Celle-ci est organisée par le groupe JMGA (WA) et a lieu tous les 2 ans seulement. Cette année elle se déroule à la galerie Turner, une des plus renommées de Perth. Les œuvres de 44 artistes locaux du bijou contemporain seront présentées.

Je suis très reconnaissante à l’équipe de JGMA (WA) de m’avoir permis de participer alors que je suis ici à Barcelone. Je présente 2 colliers de ma série « 40 jours 40 colliers ». Sur l’invitation, vous pouvez voir les photos en plan rapproché de ces deux pièces : « Chain of fools 2 » est sur le rang du haut, au milieu ; « Blossoming » est sur le rang du milieu à gauche.

Ces deux colliers illustrent le thème « ce qui va autour » ou « ce qui fait le tour ». Le collier « Blossoming » représente un tuyau d’irrigation qui va autour d’un jardin en fleurs. L’autre collier « chain of fools 2 » est fait de fils d’aciers qui s’enroulent autour d’espaces vides pour former des spirales.

En suivant le modèle de l’économie circulaire, je conçois et fabrique des bijoux en utilisant des matériaux usés que je recycle et dont je change l’attribution. Alors que je me promène dans le paysage urbain ou naturel, je ramasse des choses que je trouve – des objets trouvés. Je prends beaucoup de plaisir à transformer l’insignifiant et le rejeté : par une alchimie joyeuse le vieux et le sale donnent naissance à une œuvre colorée et lumineuse.

 

Joya Barcelona 2016

Some images of the main art jewellery fair in Spain – Joya Barcelona 2016 – that I visited last weekend.

Quelques images du principal salon espagnol du bijou d’art – Joya Barcelona 2016.

Joya Barcelona 2016 at Santa Monica Arts Centre
Joya Barcelona 2016 at Santa Monica Arts Centre

A great variety of styles and several groups were represented. Here is a selection of my favourites.

Une grande variété de styles et plusieurs groupes étaient représentés. Voilà une sélection de mes favoris.

Anna Krol
Anna Krol, Poland
Ignasi Cavaller, Spain
Snem Yildirim, Turkey
Snem Yildirim, Turkey
Gigi Mariani, Italy
Gigi Mariani, Italy
Yafit Ben Meshulem, Israel
Yafit Ben Meshulem, Israel
Susanna Baldacci, Pisa, Italy
Susanna Baldacci, Pisa, Italy
img_7653_web
Sunyoung Kim, Korea
ANIMAVIENNA, Austria
ANIMAVIENNA, Austria
ICKX gallery, Brussels, Belgium
ICKX gallery, Brussels, Belgium
ALLIAGES gallery, Lille, France
ALLIAGES gallery, Lille, France

Arriving in Barcelona – perdón mi Fran-spañol

Sometimes you wonder why you have started so late to do something –  well, after 4 days of full immersion into Barcelona’s life, I wonder why I didn’t started learning Spanish earlier… I feel really sorry for those who have to bear my Span-glish and/or Fren-nish or Fran-spañol or whatever has come out of my mouth in my poor and frustrated attempts to express myself…! And that’s only one side of communication: when someone speaks to you here, or when you read some printed material, there is usually a time at first where your mind goes in total blank mode, trying  to figure out what language you are hearing or reading: Catalan or Castellano! I am in Spain here so the official language is Spanish – or what is referred to as Castellano. But I am also in the town capital of the Catalan province that has its own language that is used predominantly everywhere. They both are close to French, sharing the same Latín origin, yet very differents. I usually identify Catalan by the “x” in unexpected places: “chocolate” in English becomes “chocolat”  in French, then “chocolate” in Spanish, that’s easy, although with a totally different pronunciation, to finally be “xocolata” in Catalan – haven’t figured out how to pronounce it…

Flight arriving in Barcelona

My sense of confusion has not been limited to languages. On arrival to Barcelona, after only one and a half hour of flight from Paris, I saw a harbour on the sea, with cranes, sea freight containers and cruise ships, a dry vegetation with hills at the back of the city… Sounds familiar to the Aussie readers? Yes, my Australian home town, Fremantle, has those too… and similar climate, after a 24hrs flight. The comparison stops there, once you are out and about there is no way to be mistaken!

Walking through El Gotic

There hasn’t been a day yet when I didn’t get lost in the maze of the old city. I am at the point where I have given up trying to locate where I am on a map, but rather think like yesterday “ok, I have 2 hours to get to school” – when ideally I could get there in 15mn in a straight line…

Getting lost…

Quite fun, really, when you never know what’s around the corner. Ornate buildings, churches, market…

Barcelona cathedral (c. 14th century)
Inside Santa Maria Del Mar Basilica (14th century)
Entry to the Boqueria Market

Arriving in a city where you know you are going to be for 9 months to study is a very different experience from the common tourist frenzy were you have to fit the maximum seighteeing into 3 days. No pressure to queue for an hour to visit a museum. Barcelona is packed with tourists, I even suspect they got all the ones that didn’t go to Paris this year because of the terrorist attacks. It is especially busy this weekend as it is the celebration of the city “La Mercè”. The fiesta even walked down “my” street yesterday, showing great display of costumes.

image
These ones obviously in honour of Gaudi

imageIt is a great feeling to come back “home” at night after a full day out, not to an anonymous hotel, but to an apartment where a lovely family lives (the mother, the 8 years old son, and the mother’s brother) and rent me a room. On my way back after a big day out, I stopped at Santa Maria Del Mar Basilica for a moment of silence and wonder before it closed.

Santa Maria Dl Mar at night
Santa Maria Del Mar at night

I got lost again… but thank God there are some unmistakable landmarks in this city!

Torre Mirador del Rei Marti, Palau Reial Major

Quelques fois on se demande pourquoi on a commencé quelque chose si tard dans la vie ;  après 4 jours d’immersion totale à Barcelone, je me demande pourquoi je n’ai pas commencé à apprendre l’espagnol plus tôt! J’ai de la peine pour ceux qui doivent supporter mon  Fran-gnol ou Esp-anglais ou quoi que ce soit qui sort de ma bouche dans mes tentatives pitoyables et frustrantes à m’exprimer… Et cela n’est qu’un côté de la communication : quand quelqu’un me parle ou quand je lis quelque chose d’écrit, il y a en général un moment où mon esprit va dans un vague brouillard blanc, alors qu’il essaye de deviner quelle langue il entend ou lit : du Catalan ou du Castillan ! Je suis en Espagne alors la langue officielle est l’espagnol, que l’on appelle aussi Castillan. Mais je suis aussi dans la capitale de la province de Catalogne qui a sa propre langue qui est utilisée avec prédominance partout. Ces deux langues sont proches du Français, partageant la même origine latine, mais pourtant très différentes. En général j’identifie le Catalan par la lettre « x » placée à des endroits inattendus : « chocolat » devient « chocolate » en Castillan, et devient « xocolata » en Catalan – je n’ai pas encore compris comment cela se prononce…

Ma confusion n’a pas été limitée aux langues. En arrivant à Barcelone, après seulement une heure et demi de vol depuis Paris – et pas 24hrs – j’ai vu un port sur la mer, avec des grues, des containers maritimes et des bateaux de croisière, une végétation sèche avec des collines dans le lointain derrière la ville… le même genre de paysage familier que « ma » ville, chez moi à Perth, avec le port de Fremantle à côté duquel j’ai ma maison. Le climat ici aussi est similaire, Je ne connais pas Marseille mais j’imagine que cela pourrait-être la même expérience. Mais la comparaison s’arrête là, une fois dans la rue, il n’y a plus de confusion possible !

Il n’y a pas encore eu un seul jour où je ne me sois pas perdue dans le labyrinthe de la vieille ville. J’en suis au point où je n’essaye plus de savoir où je suis sur la carte, mais plutôt de penser, comme je l’ai fait hier, « bon, j’ai deux heures pour arriver à l’école » – quand idéalement je pourrai y être en 15mn en ligne droite…. En fait c’est très amusant, on ne sait jamais ce que l’on va trouver au coin de la rue: une église, un marché, des immeubles originaux et décorés…

Arriver dans une ville où l’on sait que l’on va être là pour 9 mois pour vivre et étudier est une expérience très différente de celle de la frénésie du touriste qui doit voir et faire le maximum de choses en 3 jours. Je ne ressens pas l’urgence et la pression de faire la queue pendant une heure ou plus pour aller visiter un musée. Barcelone est bourrée de touristes et je suspecte que la ville reçoit tous ceux qui ne sont pas venus à Paris ces derniers mois à cause des attaques terroristes. Il y a eu une foule particulièrement grande ce weekend car c’est la célébration de la fête de la sainte patronne « La Mercè ».

C’est une sensation très agréable de rentrer “chez soi” le soir, et non pas dans un hôtel anonyme après toute une journée dehors,  mais dans un appartement avec une famille sympa qui y habite (la mère, le fils de 8 ans, et le frère de la mère) et qui me loue une chambre.  En rentrant après une grosse journée hier, je me suis arrêtée à la basilique Sainte Marie de la mer que j’aime beaucoup pour un moment de silence et d’émerveillement avant qu’elle ne ferme pour la nuit. Et puis je me suis perdue de nouveau ! Heureusement qu’il y a des points de repères évidents dans cette ville !

 

 

 

 

Second Home – Garland online exhibition

The new online magazine Garland has just published an exhibition on the theme of Second Home in which I have presented my series of the Native and the Migrant together with my writings on the subject matter:

The Migrant, detail. © Blandine Hallé 2015
The Migrant, detail. © Blandine Hallé 2015

In a post-modern point of view a nomad is a person who can be described in neither space nor time, by contrast with a person living a sedentary existence who can be defined in space and time (1). For the last thirty years I have lived a nomadic lifestyle where I have had two homes, if not physically, at least in my heart and mind – one in my country of origin, France, and one abroad. As a young adult, I was considering France as my primary home, and the second one would be in the other location where I would go and live for some time – a foreign country, another continent. As life went on, the experience reversed to the opposite. Having lived most of the last 18 years in Australia, I progressively identified this continent as being my primary home, and France became the second one. For many years I was torn with the idea that at some point I would have to choose between one and the other, as if migrating to a new place as an adult you could completely erase the culture and language of the country you came from. Today I have accepted with great relief that I don’t have to choose, I can have one home and a second one. I can be Australian and French.

As an artist, I enjoy this nomadic lifestyle according to the seasons and times of the year. From place to place I hunt for inspiration and potential clients, I gather materials and images. I collect seeds and pods, discarded materials, found objects and photographs that I repurpose and upcycle into visual and/or wearable art.

The second home is always the one where I am not, the empty one, the one in my dreams, that is waiting for me to comfortably move in, with the same pleasure and sense of relief that one feels putting on an old familiar jacket.

(1) http://www.imuhar.eu/site/en/nomads/modern_nomads.php?lang=EN

theNative_detail_frontpage
The Native, detail. © Blandine Hallé 2015

Le nouveau magazine en ligne Garland vient juste de publier une exposition sur le thème du “deuxième chez moi” pour laquelle j’ai présenté mes séries du Natif et du Migrant avec ce que j’ai écrit sur le sujet:

D’un point de vue post-moderne, un nomade est une personne qui ne peut pas être décrite selon l’espace et le temps, par contraste avec une personne qui vit une existence sédentaire qui elle peut être définie dans l’espace et le temps (1). Ces trente dernières années j’ai vécu une vie de nomade où j’ai eu deux « chez moi », si non physiquement, du moins dans mon cœur et mon esprit – un dans mon pays d’origine en France, et un à l’étranger. En tant que jeune adulte, je considérais la France comme mon premier « chez moi », et le second était l’autre endroit où je vivais pendant un certain temps – un pays étranger, un autre continent. Les années ont passées et l’expérience s’est inversée. Ayant vécu la majorité des 18 dernières années en Australie, j’ai progressivement identifié ce continent comme étant mon premier « chez moi », et la France est devenu le deuxième. Pendant de nombreuses années j’étais tourmentée par l’idée qu’un jour j’aurais à choisir entre l’un ou l’autre, comme si en immigrant en tant qu’adulte vous pouviez complètement effacer la culture et la langue du pays d’où vous veniez. Aujourd’hui j’ai accepté avec un grand soulagement que je n’ai pas à choisir, que je peux avoir un premier « chez moi » et également un deuxième. Je peux être australienne et française.

En tant qu’artiste, je profite du mode de vie nomadique en fonction des saisons et des périodes de l’année. D’un endroit à un autre je suis  en chasse d’inspiration et de clients potentiels, je fais la cueillette de matériaux et d’images. Je collectionne les graines et les cosses, les objets jetés et trouvés, les photos que je réutilise et recycle en art plastique et/ou en bijou contemporain.

Le second « chez moi » est toujours celui où je ne suis pas, celui qui est vide, celui de mes rêves, qui m’attend pour que je m’y réinstalle confortablement, avec le même plaisir et la sensation de détente que l’on ressent en enfilant une vieille veste familière.

Touring exhibition

After being presented in Sydney and Brisbane, the Attitude As Form exhibition is showing at the Redland Art Gallery, Cleveland (Queensland) from 24 January to 28 February 2016.

The exhibition is advertised in Art Collector – What’s on, January 2016 and Facebook

We thank Beau Allen, curator, for organising the tour as well as Artisan (Qld) for their support.

For the conceptual statement of my necklace “Stitches”, follow this link.

sterling silver, antique buttons, red linen thread
stitches. sterling silver, antique buttons, red linen thread. © Blandine Hallé

Apres avoir été présentée à Sydney et Brisbane, l’exposition Attitude As Form (l’attitude en tant que forme) est presentée à la Redland Art Gallery, à Cleveland (Queensland) du 24 janvier au 28 février 2016. L’exposition est promue dans Art Collector – janvier 2016 et sur Facebook.

Nous remercions Beau Allen, directrice de l’exposition, pour avoir organisé cette tournée, ainsi que Artisan (Qld) pour leur soutien.

L’idée conceptuelle de ce collier est expliquée en suivant ce lien.

The day 100 became 40

Antoinette & Blandine, November 2010
Antoinette & Blandine, November 2010

Edited on 13/1/2016: I had originally intended to do 100 necklaces in 100 days, but decided to reduce the project to 40 necklaces in 40 days. Here is why below, on 4/11/15 I wrote:

I slept on it instead of losing sleep over it – I think the decision was made last night but I needed the hours of sleep and the morning pottering around the house and the garden to get used to the shift in my focus and attention, from planning, designing and making a necklace every day to stop doing that and get used to the idea (with all the organising) of going to Paris soon to be closer to my mum at this time when she is unwell.

So that’s it, no necklace today – there might be some signs of withdrawal for a few days but you will get used to it 🙂

This morning I thought of the environmentalist’s saying “there is only one planet”, I applied it to my situation and thought “there is only one mum”… As I was looking for a photo of mum (Antoinette) and I in my digital archive, I came across this one that was taken in the family holiday house. It made me laugh then, and makes me laugh now: mum had obviously been looking for a plumbing bracket, she found none, so she got creative! I know where I get it from…

creativity runs in the family
creativity runs in the family

Note le 13/1/16: J’avais a l’origine l’intention de faire 1 collier par jour pendant 100 jours. J’ai reduit le projet a 40 jours, voici pourquoi ci-dessous; j’ai ecris le 4/11/15:

J’ai dormi dessus au lieu de perdre le sommeil à y penser – je crois que la décision était prise hier soir mais j’avais besoin des heures de sommeil et du matin à aller et venir dans la maison et le jardin pour m’habituer au changement de focus et d’attention. Je passe de planifier, dessiner, fabriquer un collier chaque jour à arrêter de faire cela et m’habituer à l’idée d’aller à Paris prochainement et toute l’organisation de cela implique, afin d’être proche de maman en cette période où elle est ne va pas bien.

Alors voilà, pas de collier aujourd’hui – vous aurez peut-être des signes de sevrage pendant quelques jours mais vous vous y habituerez 🙂

Ce matin j’ai pensé à l’expression écologiste « nous n’avons qu’une seule planète », j’ai appliqué cela à ma situation et j’ai pensé « nous n’avons qu’une seule maman »… Alors que je cherchais une photo de maman (Antoinette) et moi dans mes archives numériques, j’ai trouvé celle-ci qui a été prise dans la maison familiale de vacances. Elle m’avait fait rire alors, elle me fait rire maintenant : de façon évidente maman a cherché un collet de serrage pour le tuyau ; n’en trouvant pas elle a été créative ! Je sais de qui je tiens…

40 days 40 necklaces – day 40, “à ma maman”

Day 40, à ma maman, Clown sunglasses, thread. © Blandine Hallé 2015
Day 40, a ma maman, Clown sunglasses, thread. © Blandine Hallé 2015

I had kept those glasses for a bad day, like you keep your joker in your hand, waiting for the right time in the game to play it. Actually I am a bit of a joker myself, at least in my family. It seems to be a tradition that runs from mother to daughter, from my grand-mother, to my mum, to me. I think it’s a way to cope with anxiety.

So today was a bad day: it started by reading an email from my younger brother about our mum’s health. It hasn’t been good lately. She has been in hospital for several days last week for an infection. She’s better now having finished the antibiotics, but has strangely no appetite and is going to do more tests next week. With this in mind the last 10 days, I have struggled to keep the momentum going with the necklaces. Today I picked up a project that didn’t work out, my mind being so distracted, wondering whether I should go to France soon. I’ll talk to my brother on the weeked and we’ll see what I decide to do….

Mum used to tell me that she loved having me around because I made her laugh. Maybe it’s time for me to go and make her laugh…

J’avais gardé ces lunettes pour un mauvais jour, comme on garde un joker dans la main, en attendant le bon moment pour le jouer. En fait je suis un peu un bouffon moi-même (c’est le personnage sur la carte de joker), du moins dans ma famille. Il semble que ce soit un rôle qui se passe de mère en fille, de ma grand-mère à maman, et à moi. Je crois que c’est un moyen de gérer l’anxiété.

Donc aujourd’hui était une mauvaise journée : cela a commencé en lisant un email de mon jeune frère au sujet de la santé de maman qui n’a pas été très bonne dernièrement (elle a 85 ans). Elle a été à l’hôpital plusieurs jours la semaine dernière pour une infection. Elle va mieux maintenant qu’elle a fini les antibiotiques mais curieusement n’a pas d’appétit et va faire plus de tests la semaine prochaine. Avec cela à l’esprit ces 10 derniers jours, j’ai eu du mal à garder le momentum avec les colliers. Aujourd’hui j’ai travaillé sur un projet qui n’a pas abouti, mon esprit étant si distrait, me demandant si je devrais aller en France bientôt. Je vais parler à mon frère ce weekend et nous verrons ce que je décide de faire…

Maman me disait autrefois qu’elle aimait ma compagnie parce que je la faisais rire. Peut-être il est temps que je partes la voir et la faire rire…

40 days 40 necklaces – day 39, “safe and sound”

Day 39, safe and sound. Found rope, thread. © Blandine Hallé 2015
Day 39, safe and sound. Found rope, thread. © Blandine Hallé 2015

The treasures of my beachcombing haven’t been used much yet for this project, this shall be addressed, starting today!

After a weekend facing a challenging situation, where I felt at time I was going through a storm, today I felt I reached port safe and sound, that I had managed the circumstances well. This rope symbolises for me this sense of safety, like when you tie your boat to quay after being at sea in rough weather.

Le titre du collier est “à bon port”. En anglais il y a un mot « beachcombing » qui n’a pas d’équivalent en français. Littéralement cela veut dire « passer la plage au peigne ». Le dictionnaire dit  « récupérer les objets échoués ou oubliés sur la plage ». Donc je dis :

Les trésors de mon « beachcombing » n’ont pas encore été très utilisés pour ce projet, il va falloir y remédier, à commencer par aujourd’hui !

Apres un weekend où j’ai dû faire face à une situation difficile, où j’avais l’impression parfois d’être dans une tempête, aujourd’hui j’ai senti que j’étais arrivée à bon port et que j’avais bien géré les circonstances. Cette corde symbolise pour moi cette impression de sécurité, comme quand vous attachez votre bateau au quai après avoir été en mer par mauvais temps.

40 days 40 necklaces – day 38, “rethink perth freight link”

Day 38, Rethink Perth Freight Link. Paper, cardboard, thread. © Blandine Hallé 2015
Day 38, Rethink Perth Freight Link. Paper, cardboard, thread. © Blandine Hallé 2015

The necklace today served to make a political and environmental statement. I went to a rally to protest against the Western Australian government to build a 6-lanes freeway (named Roe 8) through the last wetlands in Perth at Beeliar. There is a very strong growing movement of protest against the current plan to build roads and toll to transport the freight on trucks from inland to the port of Fremantle. Rethink Perth Freight Link  is an alliance of community groups and other organisations who oppose the Perth Freight Link project and any destruction of the Beeliar wetlands and who promote alternative sustainable transport solutions. These solutions include increasing freight transport on rail, which inspired the design of this necklace.

Wearing it!
Wearing it!

Le collier aujourd’hui a servi à défendre un point de vue politique et écologique. Je suis allée à une manifestation pour protester contre le gouvernement d’Australie Occidentale qui veut construire une autoroute à 6 voies (appelée Roe 8) à travers les dernières zones humides (bush, lacs et marécages) à Perth. Il y a un fort mouvement qui grandit pour protester contre la planification d’une infrastructure de route à péage pour le transport des marchandises par camions entre l’intérieur des terres et le port de Fremantle. « Rethink Perth Freight Link » (qui veut dire « Repenser la liaison de transport à Perth ») est une alliance de groupes et organisations qui s’opposent au projet de Perth Freight Link et la destruction des zones humides de Beeliar et qui promeut des solutions alternatives et durables de transport. Ces solutions incluent l’accroissement du transport de marchandises par rail, ce qui a inspiré le design de ce collier.

40 days 40 necklaces – day 37, “bright as a button”

Day 37, bright as a button. Repurposed button, jarrah beads, brass, stainless steel. © Blandine Hallé 2015
Day 37, bright as a button. Repurposed button, jarrah beads, brass, stainless steel. © Blandine Hallé 2015

For those who are not familiar with the varieties of timber, jarrah or Eucalyptus marginata is one of the most common species of Eucalyptus tree in the southwest of Western Australia. Its wood is dark red and very dense. It is  prized for use in furniture and parquetry. It was also commonly used as a building material and other outdoor uses in Western Australia as it is very resistant to weather and rot. I have boxes full of pieces of jarrah that I have gathered over years, from the woodwork craft that I used to practice to my studio renovation … It was already recycled when I gathered it, so now it’s upcycled.

Pour ceux qui ne sont pas familier avec les variétés de bois, le jarrah ou Eucalyptus marginata est une des espèces d’Eucalyptus les plus communes dans le sud-ouest de l’Australie Occidentale. Le bois est rouge sombre et très dense. Il est prisé pour son utilisation en ébénisterie et parquets. Il était aussi communément utilisé comme matériau de construction et autres utilisations extérieures en Australie occidentale car il est très résistant aux intempéries et à la pourriture (Il est maintenant remplace par le pin traité). J’ai des boites pleines de morceaux de jarrah que j’ai amassé au cours des années, venant du travail du bois que je pratiquais et de la rénovation de mon atelier… Il était déjà recyclé quand je l’ai amassé, il est maintenant ‘upcycled’ (réutiliser des objets ou des matériaux jetés de manière à créer un produit d’une plus haute qualité ou valeur que celui d’origine).

 

40 days 40 necklaces – day 36, “going nuts”

Day 36, going nuts. Gum nuts, linen thread, sterling silver. © Blandine Hallé 2015
Day 36, going nuts. Gum nuts, linen thread, sterling silver. © Blandine Hallé 2015

After yesterday’s big day, I thought I would take it easy today with some time off… not in the studio! Threading gum nuts seemed to be the kind of relaxing task I could knock off quickly. I soon realised it was not: with all the handy work I have been doing the last month, my fingers are tough and swollen, not the kind to enjoy threading through little holes! Very creative, I made the holes bigger – ah! Managed to finish before lunch time, had 30mn luxury siesta, and left for my time off… to the dentist for 2 hours to get a crown prepared, lying the mouth open, 4 hands in there with rubber gloves, blinded by the light, etc… then the supermarket to re-stock the pantry – my idea of leisure time: have I got my priorities’ wrong?

Managed another siesta before dinner. I thought all I had to do was to photograph the necklace, post it, done. No such thing… I picked up the necklace and first thing I saw was that I inverted one of the blue caps! (a few dirty words here, English and French, censored). I am NOT re-threading the whole necklace at 7pm, no way. So I had to be creative, again, very patient, always 🙂 with my big clumsy fingers, two pairs of tweezers, 4 fraying threads about 10mm long each, magnifying glasses. I’ll never be a surgeon. Tried many options, thought I was going nuts and throw the whole thing through the studio, took many deep breath and settled for silver tubes that I crimped. Done

Apres la grosse journée d’hier, j’ai pensé que j’aurai une journée relax aujourd’hui avec du temps… hors de l’atelier. Enfiler des graines d’eucalyptus m’a semblé être le genre de tâche facile que je pourrais finir rapidement. J’ai réalisé rapidement que cela n’était pas le cas : avec tout le travail manuel que je fais depuis un mois, mes doigts sont devenus gourds et plein de corne. Pas le genre à aimer passer des fils par des petits trous. Très créative, j’ai fait les trous plus gros – ah ! J’ai réussi à finir avant le déjeuner, j’ai eu 30mn de sieste luxueuse, et je suis partie pour mon après-midi de détente… chez le dentiste pour 2 heures pour me faire préparer une couronne, allongée avec la bouche ouverte, 4 mains dedans avec des gants de caoutchouc, aveuglée par la lumière, etc… puis au supermarché pour refaire le plein de provisions… mon idée des loisirs : je ne dois pas avoir les bonnes priorités… ?

Réussi à avoir une autre sieste avant le diner. Je pensais que tout ce que j’avais à faire c’était de photographier le collier, le mettre sur le blog, fini. Pas question… J’ai pris le collier et la première chose que j’ai vue est que j’avais inverti une des graines bleues (quelques mots grossiers ici en anglais et en français, censurés). Je ne réenfilerai pas tout le collier à 7heures du soir, pas question. Alors j’ai du être créative, encore, patiente, toujours J avec mes gros doigts gourds, deux paires de pinces, 4 fils de 10mm chacun qui s’effilochent, des lunettes grossissantes. Je ne serai jamais chirurgien. Essayé plusieurs options, je croyais devenir folle (le titre « going nuts », jeu de mots car « nuts » veux aussi dire « noix » ou graine) ahah), que j’allais tout balancer à travers l’atelier. De nombreuses grandes respirations, et finalement j’ai utilisé des petits tubes d’argent que j’ai serti. Fini.

 

40 days 40 necklaces – day 35, “learning curve”

Day 35, learning curve. Upcycled wood, sterling silver, stainless steel, thread. © Blandine Hallé 2015
Day 35, learning curve. Upcycled wood, sterling silver, stainless steel, thread. © Blandine Hallé 2015

Big day today, taught myself how to use a small lathe. This is my first attempt at making wood beads. Origin of wood unknown, but I suspect somewhere South-East Asia, considering the colour and softness – not a hardwood like a Western Australian one. Probably not from a sustainably managed forest… Previous life: my garden rake handle, broken a few months ago. No, no, can’t throw that away… might be useful one day…. the day has come!

Grosse journée aujourd’hui, je me suis appris comment utiliser un petit tour à bois. Ma première tentative à faire des perles en bois. Origine du bois inconnue, mais je suspecte Asie du Sud-Est en considérant la couleur et la densité – pas un bois dur comme en Australie Occidentale. Probablement pas une forêt gérée de façon durable… Vie précédente : le manche de mon râteau de jardin, cassé il y a quelques mois. Non, non, on ne peut pas jeter cela… ça peut servir un jour…. Le jour est venu !