Article in OZ ARTS magazine on WAnt exhibition

Great article in OZ ARTS Magazine, Issue 12 of Spring 2017 (in full here) by Dr Dorothy Erickson on the jewellers participating to WAnt exhibition  at Brunswick Street Gallery (18-30 August), in the trendy district of Fitzroy in Melbourne. On pages 14 & 15 she presents my work with 2 photos:

OZ Arts Magazine, Issue 12, Spring 2017, pages 14-15

Pages 14-15 Dr Erickson writes:

“Another latecomer to jewellery is Parisian Blandine Hallé who arrived in Western Australia in 1997 after adventures in a variety of countries that included being a trekking guide in Algeria and the European Alps. She decided to stay and completed a Bachelor of Commerce at Curtin University of Technology in 2001 and in 2003 a Graduate Diploma in Secondary Education. Although she began craftwork as a woodworker assisting disabled people, enrolling in Jacquie Sprogoe’s enamelling classes at Fremantle Arts Centre saw her change disciplines and she took an Advanced Diploma of Jewellery Design at the Central Institute of Technology in 2013 and then in 2016 commenced a postgraduate Diploma of Applied Arts at the Escola Massana in Barcelona in Spain graduating in June 2017.

She says: “Following the model of circular economy, I design and make jewellery using discarded materials that I recycle and repurpose. As I am walking around the urban or natural landscape, I collect things I find – objets trouvés. I delight in transforming the mundane and the discarded: through a joyful alchemy, the old and the dirty give birth to a colourful and bright artwork.” Chain of Fools 2 won the Best Interpretation of the Theme at the biennial JMGA exhibition What goes Around. The work in the current exhibition was created in Barcelona where the architectural details fascinated her. The series “looking out of the window” (in Spanish “mirar por la ventana”) is an evocation of windows of Barcelona and architectural details inspired by tiled roofs, balconies, shutters … The window symbolises the passage between private and public space, between inside and outside, as a means of connection between our own inner emotional and psychic world and the outside world of people and the environment.”

Brunswick Street Gallery, Fitzroy, Melbourne

I helped with the set up of the exhibition, which was well organised by Jacquie Sprogoe and curated by Brenda Ridgwell and Dr Dorothy Erickson.

exhibition set up
exhibition set up
Looking out the window series – 6 brooches & 1 necklace
WAnt exhibition opening night
WAnt exhibition opening night

The opening night was well attended and we received numerous compliments throughout the week, as the visitor’s book shows:

WAnt exhibition – visitors’ book

Un très bon article dans OZ ARTS Magazine, numéro 12 du printemps 2017 (article complet ici) par Dr Dorothy Erickson sur les bijoutiers qui participent à l’exposition WAnt à la Brunswick Street Gallery (du 18 au 30 août), dans le quartier branché de Fitzroy à Melbourne. Page 14 et 15 elle présente mon travail avec deux photos :

“Une autre personne venue tardivement aux bijoux est la parisienne Blandine Hallé qui est arrivée en Australie Occidentale en 1997 après des aventures dans différents pays comme d’être guide de trekking en Algérie et dans les Alpes Européennes. Elle décida de rester et a terminé une licence de commerce à l’université de technologie Curtin en 2001 et en 2003 un diplôme supérieur pour l’enseignement secondaire. Bien qu’elle ait commencé le travail artisanal par le bois en tant qu’assistante pour personnes handicapées dans un atelier de menuiserie, les classes d’émaux avec Jacquie Sropoe au Centre d’Art de Fremantle lui ont fait changer de discipline. Elle a terminé en 2013 le diplôme avancé de design de bijoux à l’Institut Central de Technologie à Perth, et en 2016 elle a commencé le diplôme supérieur d’arts appliqués à l’école Massana, Centre d’art et de design de Barcelone qu’elle vient de terminer en juin 2017.

Elle dit : « En suivant le modèle d’économie circulaire, je conçois et je fabrique des bijoux en utilisant des matériaux que je recycle et dont je change la fonction. Alors que je marche dans le paysage urbain et naturel, je ramasse des choses que je trouve – des objets trouvés. Je prends plaisir à transformer ce qui est banal et rejeté : par une alchimie joyeuse, le vieux et le sale donnent naissance à une œuvre d’art colorée et lumineuse. »

Le collier « Chain of fools 2 » a gagné le prix de la Meilleure Interprétation du Thème à l’exposition biennale de JMGA « What goes Around ». Les pièces présentées dans cette exposition ont été créées à Barcelone où elle a été fascinée par les détails architecturaux. La série « Regarder par la fenêtre » (en espagnol « mirar por la ventana ») est une évocation des fenêtres de Barcelone et leurs détails inspirés par les tuiles des toits, les balcons, les volets… La fenêtre symbolise le passage entre l’espace privé et public, entre l’intérieur et l’extérieur, comme un moyen de connexion entre notre monde intérieur émotionnel et psychique, et le monde extérieur des gens et de l’environnement.”

J’ai participé à l’installation de l’exposition. Nous avons eu de nombreux visiteurs pour le vernissage ainsi que de nombreux commentaires positifs comme en témoigne le livre des visiteurs.

WAnt exhibition in Melbourne

My series “looking out the window” of 6 brooches and 1 necklace from my recent Postgraduate studies at the Massana school in Barcelona will be soon presented at this group exhibition in Melbourne. I am very happy and honoured to have been selected to be part of this show. It takes place during the Radiant Pavilion: Melbourne Contemporary Jewellery and Object Biennial that runs from 26 August to 3 September. This one week event will present 80 different presentations all over the city: exhibitions, conferences, workshops, performances and installations… Part of these presentations is the forum MakingOut which is presented in partnership with RMIT University School of Art, the National Gallery of Victoria and Radiant Pavilion.

Looking out the window 4 – detail

Afterwards, the WAnt exhbition will be  traveling: it will be presented in 2018 in Western Australia in Ellenbrook and Bunbury.

Looking out the window 6 – detail.

Ma série de 6 broches et 1 collier, intitulée “en regardant par la fenêtre”, faite pendant mon diplôme supérieur d’arts appliqués à l’école Massana de Barcelone, sera bientôt présentée dans cette exposition de groupe à Melbourne. Je suis très heureuse et fière d’avoir été sélectionnée pour faire partie de ce show. Il aura lieu pendant le Radiant Pavillon : la biennale du bijou et de l’objet contemporain à Melbourne. Celle-ci a lieu du 26 août au 3 septembre. Cet évènement d’une semaine est fait de 80 présentations différentes dans la ville : expositions, conférences, ateliers, performances et installations… Le forum MakingOut fait partie de ces présentations et est organisé en partenariat avec l’université de RMIT, la Galerie Nationale de Victoria et le Radiant Pavilion.

L’exposition Want voyagera ensuite: elle sera présentée en 2018 en Australie Occidentale à Ellenbrook et Bunbury.

Le titre de l’exposition « WAnt » est un jeu de mot entre WA qui l’acronyme pour Western Australia, et le verbe « to want » qui veut dire vouloir.

Not for sale – Garland online exhibition

Ceci n’est pas une pipe (Day 22), 2015. Found objects, thread

One of my necklaces from the “40 days – 40 necklaces” series has been selected to be presented in  Not For Sale, an online exhibition in Garland Magazine Issue # 7  (when browsing the page online, it is image 38th)

The exhibition considers not just what we make, but also why we make. It looks at works that were made without expectation of financial reward.

My necklace is “ceci n’est pas une pipe” and here is what I say about it:

It is day 22 of doing one new necklace for 40 days. I look around my studio for inspiration and I decide: today I will be using this pipe. I had it for only a couple of years but it acts as a souvenir of my childhood, of a man I admired and loved and who smoked the pipe. He was the father of my best friend and he holds a special place in my heart as a fatherly figure. He was always caring about how I was doing and showing interest in my activities and thinking; the exact opposite of my distant father. Objects have a purpose that they are meant to be used for. And with that purpose is associated a name. The object “pipe” is used to smoke. Once I had dismantled the object and re-assembled it into a necklace—in the spirit of Marcel Duchamp’s Readymade—its purpose had change, and so its name. The title imposed itself as obvious:”ceci n’est pas une pipe” (this is not a pipe). Of course, I also enjoyed the reference to Magritte’s famous painting “ceci n’est pas une pipe” through which he stated that the image of an object is not the object itself. I found pleasure in taking the statement further, that when an object is being re-purposed, when it is not being used for what it was initially meant for, it also loses its name. “This is not a pipe” is a necklace. Objects have that power of carrying memories and emotional meaning, whatever we do with them. Now this necklace has two souvenirs associated with it: the one of the fatherly man of my childhood, and the period of my life I made it: a few months before my mother’s passing. Cherished memories are not for sale. They are priceless.

Un de mes colliers de la série “40 jours – 40 colliers” a été sélectionné pour être présenté dans l’exposition intitulée « Pas à vendre »  dans le magazine en ligne Garland. Cette exposition parle de pièces que l’on fait sans attendre de récompense financière. Mon collier s’intitule « Ceci n’est pas une pipe » et voilà ce que j’ai expliqué :

C’est le 22ème jour des 40 jours où je fais un nouveau collier chaque jour. Je regarde autour dans mon atelier pour trouver l’inspiration et je me décide : aujourd’hui j’utiliserai cette pipe. Je l’ai depuis quelques années seulement mais elle représente un souvenir de mon enfance, celui d’un homme que j’admirais et que j’aimais et qui fumait la pipe. Il était le père de ma meilleure amie et il tient une place spéciale dans mon cœur comme une figure paternelle. Il demandait toujours comment j’allais et exprimait un intérêt dans ce que je faisais et ce que je pensais ; exactement l’opposé de mon père distant. Un objet a une utilité pour laquelle il est utilisé. Et avec cette utilisation est associé un nom. L’objet « pipe » est utilisé pour fumer. Une fois que j’ai eu démonté la pipe et que je l’ai ensuite réassemblée en un collier – à la manière de Marcel Duchamp et ses Ready-made – son utilisation changea, ainsi que son nom. Le titre s’est imposé de manière évidente : « ceci n’est pas une pipe ». J’ai également pris plaisir à évoquer la référence au tableau célèbre de Magritte, « ceci n’est pas une pipe »  où il affirme que l’image de l’objet n’est pas l’objet lui-même. J’ai amené l’affirmation plus loin en disant que quand un objet change d’utilisation, quand il n’a plus le même usage qu’à l’origine, alors il perd son nom. « Ceci n’est pas une pipe » est un collier. Les objets ont le pouvoir de porter en eux-mêmes des souvenirs et un sens émotionnel, quel que soit l’usage que l’on en fait. Maintenant ce collier a deux souvenirs qui lui sont associés : l’un de cette figure paternelle de mon enfance, et l’autre de la période où j’ai fait ce collier, quelques mois avant le décès de ma mère. Les souvenirs précieux ne sont pas à vendre. Ils n’ont pas de prix.

 

 

Postgraduate Show & Diploma – Massana School, Barcelona

My 9 months stay in Barcelona is coming to an end. Last week I received the Postgraduate Diploma of Contemporary Applied Arts from the Massana School, Centre d’Art i Disenny (UAB).

2017 Postgraduate group with teachers and coordinators in front of Massana school

Prior to that the 15 postgrad students held an exhibition – In material – at  the gallery of Centre d’Artesania Catalunya, the Catalan centre for crafts located in the old district El Gotico. A great diversity of works in textile, ceramics, glass and jewellery was presented by our group. My pieces at the show comprised of 3 brooches and a necklace.

In front of my pieces at the Postgraduate Graduation Exhibition at Artesania Catalunya, 26-29 May 2017

An article in the Spanish magazine on arts & crafts Oficio y Arte was published about our 4 days exhibition.

Oficio y Arte magazine article, June 2017

From the start with my studies my intent was to bring together the different media of my art practice: photography, digital art and contemporary jewellery. For this I focused my work on the theme of the window, being symbolic of the passage between private and public space, between our inner emotional, psychological state and the world and people around us. I saw the window as an invitation to communication between those two worlds. It is through communication with others that we construct the image of who we are, that we develop our sense of identity. The windows not only let us see what is on the other side; they also act as mirrors which reflect our image. Hence the name of my project: “Mirar por la ventana” in Spanish – looking out of the window (or looking out the window).

looking out from my room in El Gotico. © B. Halle 2017

Starting from photos of buildings I took in my numerous wanders around Barcelona, I then edited the photos and incorporated the digital images I had created into the design of jewellery. During the first semester I worked with photos showing the original colours of the windows/buildings in a literal manner.

Original, unedited photo. From this…
… to this. Looking out the window 2. Brooch. Patinated brass, photographic paper, polycarbonate. © B. Halle 2017
Original unedited photo. From this….
… to this. Looking out the window 3. Brooch. Patinated brass, photographic paper, polycarbonate. © B. Halle 2017

The second semester started with a workshop with Dutch contemporary jeweler Katja Prins. These two  days were very inspiring and brought my project to another level. I then worked the photos in black and white and added hues of orange and green that I associate with nature: the green of grass & tree leaves, the orange sunset & flowers. I juxtaposed this organic element of colours of nature with the geometric forms and line of urban architecture. This process also allowed for the creation a visual cohesion and continuity in the series of pieces of jewellery I intended to make. After many more maquettes and prototypes,  I progressively left aside the literal image of windows for a more poetic evocation that left space for the free interpretation of the viewer. I also did more research and maquettes to find ways of bringing a third sculptural dimension to the plane surface of photographs.

Looking out the window 4. Brooch. Gold plated & patinated brass, photographic paper, polycarbonate. © B. Halle 2017

The organic element is even stronger in this necklace:

Looking out the window 6, necklace. Gold plated & patinated brass, kernel, thread. © B. Hallé 2017

I also developed decorative pieces inspired by architectural elements of the buildings of Barcelona: roof tiles, balconies…

Looking out the window 5. Brooch. Gold plated & patinatedbrass, photographic paper, polycarbonate. © B. Halle 2017

Having just graduated, my experience is that my project hasn’t reached its complete maturity yet. During the second semester we had another workshop with Spanish jeweler Marc Monzo . During that time I worked on sculptural maquettes that could later be transformed into pieces of jewellery. So I leave Barcelona with an open door in front of me, the artistic journey has just started.

Looking out the window 7B. Brooch. Patinated sterling silver, photographic paper, polycarbonate. © B. Halle 2017

Mon séjour de 9 mois à Barcelone arrive à sa fin. La semaine dernière j’ai reçu le diplôme supérieur d’arts appliqués de l’école Massana, Centre d’art et design (UAB).

Avant cela les 15 étudiants ont tenu une exposition – in material – à la galerie du Centre Catalan d’Artisanat, dans le vieux quartier du Gotico. Une grande diversité d’œuvres textile, céramique, verre et bijoux a été présentée par notre groupe. Mes pièces exposées étaient trois broches et un collier.

Il y a eu un article sur l’exposition de 4 jours dans le magazine espagnol d’artisanat d’art Oficio y Arte.

Dès le début du cours mon intention était de rassembler ensemble les différents media de ma pratique artistique : photographie, art numérique et bijou contemporain. Pour cela j’ai focalisé mon travail sur le thème de la fenêtre, en tant que symbole du passage entre l’espace privé et le public, entre notre état émotionnel et psychologique et le monde des gens autour de nous. J’ai vu la fenêtre comme une invitation à la communication entre ces deux mondes. C’est à travers la communication avec les autres que nous construisons l’image de qui nous sommes, que nous développons notre identité. Les fenêtres non seulement nous laissent voir ce qu’il y a de l’autre côté, mais également elles agissent comme un miroir qui réfléchissent notre image. D’où le nom de mon projet : «mirar por la ventana » en espagnol – en regardant par la fenêtre.

En partant des photos d’immeubles que j’ai prises dans mes nombreuses déambulations dans Barcelone, j’ai ensuite travaillé ces images puis je les ai incorporées dans le design des bijoux. Pendant le premier semestre, j’ai utilisé les photos d’une manière littérale en gardant les couleurs d’origine des fenêtres et des immeubles.

Le deuxième semestre a commencé par un atelier avec l’artiste bijoutière hollandaise Katja Prins. Ces deux jours ont été source d’inspiration et ont porté mon projet à un autre niveau. J’ai alors travaillé avec les photos en noir et blanc, et j’ai ajouté des teintes de vert et d’orange que j’associe avec la nature : le vert de l’herbe et des feuilles d’arbres, l’orange du coucher de soleil et des fleurs. J’ai juxtaposé ces couleurs de la nature avec les formes et lignes géométriques de l’architecture urbaine. Ce procédé m’a aussi permis de créer une cohérence et une continuité visuelle dans la série de bijoux que j’avais l’intention de faire. Après de nombreuses maquettes et prototypes, j’ai progressivement mis de côté les images littérales des fenêtres pour faire place à une évocation poétique qui laisse de l’espace pour la libre interprétation du spectateur. J’ai également fait plus de recherche et de maquettes afin de trouver les moyens d’ajouter une troisième dimension sculpturale à la surface plane de la photo.

L’élément naturel est encore plus fort dans le collier où j’ai utilisé des noyaux de fruits.

J’ai également développé des éléments décoratifs inspirés de l’architecture des immeubles de Barcelone : tuiles de toit, balcons…

Alors que je viens juste d’être diplômée, mon expérience est que mon projet n’a pas encore atteint sa maturité. Pendant le deuxième semestre nous avons eu un autre atelier avec l’artiste bijoutier espagnol Marc Monzo. J’y ait travaillé sur des maquettes sculpturales qui peuvent être ensuite transformées en bijoux. Je quitte donc Barcelone avec une porte ouverte en face de moi, le voyage artistique ne fait que commencer.

 

Best Interpretation of the Theme Award & News Article

Day 17_closeup_100days100necklaces
Chaine of fools 2, day 17. Detail, 2015. Repurposed steel found objects, paint. © Blandine Hallé

My necklace “chain of fools 2” won the “best interpretation of the theme” award at the What Goes Around exhibition that just opened at the Turner Gallery in Perth, WA. My submission form said: What goes around… a steel wire around an empty void to form a spiral.

Chain of fools 2. Repurposed found steel objects, paint.
Chain of fools 2. © Blandine Hallé 2015

award-tag_web A big thank you to the jurors Dr Dorothy Erickson and Philip Noakes. Thank you also to JMGA (WA) and Western Frontier for their financial contribution to the award.

On 22 November 2016, the local paper Fremantle Gazette (Community News) published this article. Note that it was written before I received the award, that is why there is no mention of it. The photo was taken recently in the jewellery workshop of the Massana school in Barcelona where I am currently studying for a Postgraduate Diploma in Applied Arts.

community-newspaper-group-cockburn-gazette-22-nov-2016-page-24Mon collier “chain of fools 2” a gagné le prix de la “meilleure interprétation du thème” à l’exposition What Goes Around (Ce qui va autour) qui vient juste d’ouvrir à la galerie Turner à Perth, WA. Sur mon dossier d’application j’avais écrit : Ce qui va autour… un fil de métal autour un espace vide pour former une spirale.

Un grand merci aux jurés Dr Dorothy Erickson et Philip Noakes. Merci également à JMGA (WA) et Western Frontier pour leur contribution financière à ce prix.

Le 22 novembre 2016, le journal local Fremantle Gazette (Community News) publiait cet article. Notez qu’il a été écrit avant que je reçoive le prix, c’est pourquoi il n’en n’est pas fait mention. La photo a été prise récemment à l’école Massana de Barcelone où je poursuis actuellement des études pour un diplôme « postgraduate » d’arts appliqués (2ème cycle).

 

What goes around exhibition

Here is an invitation to come and see my work at this group exhibition opening in Perth this Friday 25 November. It is organised by the Jewellers and Metalsmith Group of Australia (WA) and takes place only every 2 years. This year it is hosted by the renowned Turner gallery and will be presenting the works of 44 local contemporary jewellers.

I am very grateful to the JMGA team to have enable me to participate while I am being  in Barcelona. I am presenting two necklaces from my “40 days 40 necklaces” series. On the invitation you can see the close-up images of both pieces:  “Chain of fools 2” is at the top row, middle photo; “Blossoming” is on the middle row, left photo.

Illustrating the theme “what goes around”, the “Blossoming” necklace represents a reticulation pipe going around a garden of blossoming flowers; the other necklace “chain of fools 2” is made of steel wires that go around an empty void to form spirals.

Following the model of circular economy, I design and make jewellery using discarded materials that I recycle and repurpose. As I am walking around the urban or natural landscape, I collect things I find – objets trouvés. I delight in transforming the mundane and the discarded: through a joyful alchemy, the old and the dirty give birth to a colourful and bright artwork.

Voici une invitation pour venir voir deux de mes œuvres à cette exposition de groupe qui ouvre à Perth ce vendredi 25 novembre. Celle-ci est organisée par le groupe JMGA (WA) et a lieu tous les 2 ans seulement. Cette année elle se déroule à la galerie Turner, une des plus renommées de Perth. Les œuvres de 44 artistes locaux du bijou contemporain seront présentées.

Je suis très reconnaissante à l’équipe de JGMA (WA) de m’avoir permis de participer alors que je suis ici à Barcelone. Je présente 2 colliers de ma série « 40 jours 40 colliers ». Sur l’invitation, vous pouvez voir les photos en plan rapproché de ces deux pièces : « Chain of fools 2 » est sur le rang du haut, au milieu ; « Blossoming » est sur le rang du milieu à gauche.

Ces deux colliers illustrent le thème « ce qui va autour » ou « ce qui fait le tour ». Le collier « Blossoming » représente un tuyau d’irrigation qui va autour d’un jardin en fleurs. L’autre collier « chain of fools 2 » est fait de fils d’aciers qui s’enroulent autour d’espaces vides pour former des spirales.

En suivant le modèle de l’économie circulaire, je conçois et fabrique des bijoux en utilisant des matériaux usés que je recycle et dont je change l’attribution. Alors que je me promène dans le paysage urbain ou naturel, je ramasse des choses que je trouve – des objets trouvés. Je prends beaucoup de plaisir à transformer l’insignifiant et le rejeté : par une alchimie joyeuse le vieux et le sale donnent naissance à une œuvre colorée et lumineuse.

 

Joya Barcelona 2016

Some images of the main art jewellery fair in Spain – Joya Barcelona 2016 – that I visited last weekend.

Quelques images du principal salon espagnol du bijou d’art – Joya Barcelona 2016.

Joya Barcelona 2016 at Santa Monica Arts Centre
Joya Barcelona 2016 at Santa Monica Arts Centre

A great variety of styles and several groups were represented. Here is a selection of my favourites.

Une grande variété de styles et plusieurs groupes étaient représentés. Voilà une sélection de mes favoris.

Anna Krol
Anna Krol, Poland
Ignasi Cavaller, Spain
Snem Yildirim, Turkey
Snem Yildirim, Turkey
Gigi Mariani, Italy
Gigi Mariani, Italy
Yafit Ben Meshulem, Israel
Yafit Ben Meshulem, Israel
Susanna Baldacci, Pisa, Italy
Susanna Baldacci, Pisa, Italy
img_7653_web
Sunyoung Kim, Korea
ANIMAVIENNA, Austria
ANIMAVIENNA, Austria
ICKX gallery, Brussels, Belgium
ICKX gallery, Brussels, Belgium
ALLIAGES gallery, Lille, France
ALLIAGES gallery, Lille, France

Second Home – Garland online exhibition

The new online magazine Garland has just published an exhibition on the theme of Second Home in which I have presented my series of the Native and the Migrant together with my writings on the subject matter:

The Migrant, detail. © Blandine Hallé 2015
The Migrant, detail. © Blandine Hallé 2015

In a post-modern point of view a nomad is a person who can be described in neither space nor time, by contrast with a person living a sedentary existence who can be defined in space and time (1). For the last thirty years I have lived a nomadic lifestyle where I have had two homes, if not physically, at least in my heart and mind – one in my country of origin, France, and one abroad. As a young adult, I was considering France as my primary home, and the second one would be in the other location where I would go and live for some time – a foreign country, another continent. As life went on, the experience reversed to the opposite. Having lived most of the last 18 years in Australia, I progressively identified this continent as being my primary home, and France became the second one. For many years I was torn with the idea that at some point I would have to choose between one and the other, as if migrating to a new place as an adult you could completely erase the culture and language of the country you came from. Today I have accepted with great relief that I don’t have to choose, I can have one home and a second one. I can be Australian and French.

As an artist, I enjoy this nomadic lifestyle according to the seasons and times of the year. From place to place I hunt for inspiration and potential clients, I gather materials and images. I collect seeds and pods, discarded materials, found objects and photographs that I repurpose and upcycle into visual and/or wearable art.

The second home is always the one where I am not, the empty one, the one in my dreams, that is waiting for me to comfortably move in, with the same pleasure and sense of relief that one feels putting on an old familiar jacket.

(1) http://www.imuhar.eu/site/en/nomads/modern_nomads.php?lang=EN

theNative_detail_frontpage
The Native, detail. © Blandine Hallé 2015

Le nouveau magazine en ligne Garland vient juste de publier une exposition sur le thème du “deuxième chez moi” pour laquelle j’ai présenté mes séries du Natif et du Migrant avec ce que j’ai écrit sur le sujet:

D’un point de vue post-moderne, un nomade est une personne qui ne peut pas être décrite selon l’espace et le temps, par contraste avec une personne qui vit une existence sédentaire qui elle peut être définie dans l’espace et le temps (1). Ces trente dernières années j’ai vécu une vie de nomade où j’ai eu deux « chez moi », si non physiquement, du moins dans mon cœur et mon esprit – un dans mon pays d’origine en France, et un à l’étranger. En tant que jeune adulte, je considérais la France comme mon premier « chez moi », et le second était l’autre endroit où je vivais pendant un certain temps – un pays étranger, un autre continent. Les années ont passées et l’expérience s’est inversée. Ayant vécu la majorité des 18 dernières années en Australie, j’ai progressivement identifié ce continent comme étant mon premier « chez moi », et la France est devenu le deuxième. Pendant de nombreuses années j’étais tourmentée par l’idée qu’un jour j’aurais à choisir entre l’un ou l’autre, comme si en immigrant en tant qu’adulte vous pouviez complètement effacer la culture et la langue du pays d’où vous veniez. Aujourd’hui j’ai accepté avec un grand soulagement que je n’ai pas à choisir, que je peux avoir un premier « chez moi » et également un deuxième. Je peux être australienne et française.

En tant qu’artiste, je profite du mode de vie nomadique en fonction des saisons et des périodes de l’année. D’un endroit à un autre je suis  en chasse d’inspiration et de clients potentiels, je fais la cueillette de matériaux et d’images. Je collectionne les graines et les cosses, les objets jetés et trouvés, les photos que je réutilise et recycle en art plastique et/ou en bijou contemporain.

Le second « chez moi » est toujours celui où je ne suis pas, celui qui est vide, celui de mes rêves, qui m’attend pour que je m’y réinstalle confortablement, avec le même plaisir et la sensation de détente que l’on ressent en enfilant une vieille veste familière.

Touring exhibition

After being presented in Sydney and Brisbane, the Attitude As Form exhibition is showing at the Redland Art Gallery, Cleveland (Queensland) from 24 January to 28 February 2016.

The exhibition is advertised in Art Collector – What’s on, January 2016 and Facebook

We thank Beau Allen, curator, for organising the tour as well as Artisan (Qld) for their support.

For the conceptual statement of my necklace “Stitches”, follow this link.

sterling silver, antique buttons, red linen thread
stitches. sterling silver, antique buttons, red linen thread. © Blandine Hallé

Apres avoir été présentée à Sydney et Brisbane, l’exposition Attitude As Form (l’attitude en tant que forme) est presentée à la Redland Art Gallery, à Cleveland (Queensland) du 24 janvier au 28 février 2016. L’exposition est promue dans Art Collector – janvier 2016 et sur Facebook.

Nous remercions Beau Allen, directrice de l’exposition, pour avoir organisé cette tournée, ainsi que Artisan (Qld) pour leur soutien.

L’idée conceptuelle de ce collier est expliquée en suivant ce lien.

Selected for Contemporary Wearables ’15

Suburban Tribal, neckpiece closeup. Repurposed plastic tube & conduit, paint, thread. © Blandine Hallé 2015
Suburban Tribal, neckpiece closeup. Upcycled plastic tube & conduit, paint, thread. © Blandine Hallé 20

I am very happy to see my neckpiece of the Suburban Tribal series selected for The Contemporary Wearables Biennial Jewellery Award and Exhibition 2015 (see Gallery Jewellery for more images) . This show invites prominent and emerging jewellers from Australia and New Zealand to show their work in Toowoomba (QLD) and, as part of a possible touring exhibition, other Australian galleries. Award winners and acquisitions will be announced at the official opening and awards ceremony on Sunday 20 September 2015 at 2pm.

Artist Statement:

This neckpiece “Suburban Tribal” is made of discarded materials collected on building sites. It is a satirical view on what has become of the Dreaming in contemporary materialistic Australia, and the loss of its original indigenous significance.

A tribal society is a group of people occupying contiguous territories and having a feeling of unity deriving from similarities in a culture, frequent contacts and a certain community of interests. In such society, apart from body beautification and adornment, jewellery is also used for rituals and to honour deities.

I associate living in Western Australian suburbs with a form of tribal society life where we have placed the house, the car and other objects on an altar that we worship in pagan rituals. We define our place in society by the possession and value of those objects.

Traditionally in tribal society, jewellery is made with products that are easily available for the people; usually the raw materials are humble. Perth’s urban sprawl landscape is full of building sites and skips; the plastic tubing and conduit I re-used are not precious materials.

Contemporary Wearables 15_invitation

Je suis très heureuse de voir le collier de ma série Suburban Tribal (traduction : Tribal de Banlieue, voir plus d’images dans la galerie bijoux) sélectionné pour l’exposition biennale du bijou contemporain « Contemporary Wearables 2015 ». Ce show invite des bijoutiers proéminents et émergeants d’Australie et de Nouvelle Zélande à présenter leur travail à Toowoomba (état du Queensland). Cette exposition pourra voyager dans d’autres galeries en Australie. Les gagnants des prix et les acquisitions seront annoncés lors de l’inauguration le dimanche 20 septembre.

Message d’artiste :

Ce collier « Suburban Tribal » est fait à partir de déchets  de matériaux de construction que j’ai récupérés. Il exprime une vue satirique de ce qu’est devenue le “Rêve” dans l’Australie matérialiste contemporaine et la perte de sa signification originelle dans la culture aborigène.

Une société tribale est un groupe de gens qui habitent des territoires voisins et qui ont un sentiment d’unité grâce à une culture commune, des centres d’intérêts partagés et de fréquents contacts. Dans une telle société les bijoux sont utilisés non seulement pour embellir et décorer le corps, mais aussi pour des rituels et pour honorer les dieux.

J’associe la vie dans les banlieues de l’Australie Occidentale avec la vie dans une forme de société tribale où nous avons élevé le rang de la maison, de la voiture, et d’autres objets au point de les mettre sur un autel pour des rituels de culte païen. Nous définissons notre place dans la société par la possession et la valeur de ces objets.

Dans une société tribale traditionnelle les bijoux sont fait de matériaux qui sont facilement disponibles, en général des matières premières humbles. Le paysage de l’étalement urbain de Perth est rempli de sites de construction et ses bennes à ordures ; le conduit et le tube en plastique que j’ai utilisés ne sont pas des matériaux précieux.

After Sydney, Brisbane…

After 10 days showing in Sydney the exhibition Attitude As Form (where I have a necklace) is now being presented in Brisbane at Artisan until 7 November. I am really pleased with this great exposure, and also very good media coverage through the International Jewellery Online magazine Klimt02

Après avoir été présentée pendant 10 jours à Sydney, l’exposition “Attitude As Form” (où j’ai un collier) est maintenant à Brisbane à la galerie “Artisan” jusqu’au 7 novembre. Je suis très heureuse de la visibilité de l’exposition, ainsi que de la couverture médiatique dans le magazine Internet international de bijouterie Klimt02

In Transit exhibition

in transit invite

Three pieces of jewellery of my serie Suburban Tribal will be presented  from 7 to 17 July  at the In Transit exhibition  in Sydney in conjunction with the JMGA biennale conference EdgesBordersGaps

Opening Saturday 11 July, 4 to 6pm. Depot II gallery,                               2 Danks Street, Waterloo, NSW

Trois bijoux de ma série Tribu de Banlieue seront présentés du 7 au 17 juillet à l’exposition En Transit à Sydney conjointement avec la conférence biannuelle du Groupe des Bijoutiers et Orfèvres d’Australie

Suburban Tribal 3, bangle. Repurposed plastic conduit & pipe, paint, thread
Suburban Tribal 3, bangle. Repurposed plastic conduit & pipe, paint, thread

With the Suburban Tribal serie, I associate life in Australian suburbs with one in a tribal society. In this context, jewellery is worn for rituals and to honour deities as well as for beautification and adornment. In our suburban society, we have placed the house and the car on an altar and we worship them in pagan rituals. In traditional tribal society, jewellery is usually made with humble materials that are easily available. This is the case of the discarded plastic pipes and conduits from building sites that I repurposed, they are not precious materials. This serie is part of a body of work I named A Renovator’s Dream – a pun on the loss of the meaning of the ancient indigenous Dreaming in contemporary Australia.

Suburban Tribal 4, ring. Repurposed plastic pipe & conduit, paint, acrylic, thread. © Blandine Hallé 2015
Suburban Tribal 4, ring. Repurposed plastic pipe & conduit, paint, acrylic, thread. © Blandine Hallé 2015

Avec la série ‘Tribu de Banlieue’, j’associe la vie dans les banlieues australiennes à celle d’une société tribale. Dans ce contexte, les bijoux sont portés pour des rituels et pour honorer des dieux, ainsi que pour la décoration et la beauté. Dans nos sociétés banlieusardes nous avons placé la maison et la voiture sur un autel et nous les vénérons dans des rites païens. Dans les sociétés tribales traditionnelles, les bijoux sont en général faits de matériaux humbles qui sont facilement disponible. C’est le cas ici pour les tuyaux et conduits que j’ai recyclés, ce ne sont pas des matériaux précieux. Cette série fait partie d’un ensemble de travail que j’ai appelé ‘Un Rêve de Rénovateur’ – un jeu de mot sur la perte, dans la société australienne contemporaine, du sens originel du Rêve aborigène.

pendant with red plastic circles and white acrylic squares threaded together
Suburban Tribal 2, pendant. Repurposed conduit, acrylic, paint, thread. © Blandine Hallé 2015

 

Attitude As Form Exhibition

The piece I am presenting in ATTITUDE AS FORM EXHIBITION is named ‘Stitches’.

See Klimt02 International Jewellery Online post

Stitches, pendant, sterling silver, antique buttons, linen thread
Stitches, pendant, sterling silver, antique buttons, linen thread. © Blandine Hallé 2015

This show presents the work of 22 practitioners from Australia and New Zealand exposing a diversity of ideas and approaches to the creation of contemporary jewellery. The exhibition reflects current thinking in the fields of fashion, art, craft and design as they are explored and responded to within the field of adornment.

In this context I wrote about “Stitches”:

“The numbers embossed on the silver rectangles are a symbol of past events, like an imprint of memory. I used the images of numbers stamped on the Munich U-Bahn tickets when you validate them. They record where you have been, what day, what time. This reflects my own looking back at the story of my life as I am currently facing personal challenges and I am uncertain about the future. The straight lines of the rectangles act as a reassuring frame in my unsecure state of mind. In my head I am hanging on to some idea of perfection, which doesn’t exist in reality. I stitched the rectangles together with red thread: I am sawing up the cloth of my life, shredded, torn in pieces, trying to make sense of it. With those stitches, I am joining the edges of my wounds, so they can heal. The red thread is the blood running through my veins, keeping me alive and moving forward. Buttons tighten things together, join them. My mother gave me these antique buttons years ago. They represent the sweetness of childhood, that sense of security that you feel knowing your mother loves you. Through their roundness and softness, they bring balance to the rectangles in the necklace. In the same balancing way that knowing someone cares for me has a soothing effect and helps me overcome my difficulties. ”

The exhibition features the work of: Ari Athans, Miguel Aquilizan, Sun Woong Bang, Fatemeh Boroujeni, Zoe Brand, Laura Burstow, Yu-Fang Chi, Stella Chrysostomou, Anna Davern, Sharon Fitness, Anna Gray, Blandine Halle, Susan Hawkins, Alicia Lane, Bianca Mavrick, Claire McArdle, Marisa Molin, Christine O’Reilly, Claire Townsend, Michelle Wadsworth, Lisa Walker, & Alister Yiap.

Co-curated by Beau Allen and Miriam Carter.
Sponsored by Artisan, Brisbane and Gaffa, Sydney.

9 – 20 July 2015, Gaffa , 281 Clarence Street, Sydney CBD, NSW.
25 July – 7 November 2015,  Artisan, 381 Brunswick St, Fortitude Valley, Brisbane.
Updates: ATTITUDE AS FORM on facebook 
Exhibition Display by Forrest Furniture.

Presented as part of the Jewellers and Metalsmiths Group Australia (NSW) 2015 conferences satellite exhibition program.   

L’exposition « L’attitude se fait forme » présente le travail de 22 professionnels d’Australie et de Nouvelle Zélande qui expriment des idées et des approches différentes de leur pratique de bijoutiers contemporains. Cette exposition est une réflexion sur le courant de pensée actuel dans les domaines de la mode, de l’art, de l’artisanat et du design tel qu’il est exploré dans la décoration et la parure.

Dans ce contexte, voila ce que j’ai ecris au sujet de “Stitches” (“Points de Suture”):

L’empreinte des chiffres sur les rectangles en argent sont symboliques d’évènements passés, comme l’empreinte de la mémoire. J’ai utilisé des images de chiffres tamponnés sur les tickets du train U-Bahn à Munich quand vous les compostez. Ils enregistrent où vous êtes allé, quel jour, à quelle heure. C’est le reflet de mon propre regard sur l’histoire de ma vie alors que je fais face à des défis personnels et que je suis incertaine du future. Les lignes droites des rectangles sont un cadre rassurant pour mon état d’esprit insécurisé. Dans ma tête je m’accroche à une idée de la perfection qui n’existe pas en réalité. J’ai cousu les rectangles ensemble avec un fil rouge : je couds le tissus de ma vie, déchiqueté, mis en pièces, j’essaye d’y trouver un sens. Avec ces points de suture je joins les bords de mes plaies pour qu’elles cicatrisent. Le fil rouge est le sang qui coule dans mes veines, qui me garde vivante et qui me fait avancer. Le rôle des boutons est de joindre les choses ensemble. Ma mère m’a donné ces boutons anciens il y a plusieurs années. Ils représentent la douceur de l’enfance, ce sens de sécurité que vous ressentez en sachant que votre mère vous aime. Leur rondeur et la douceur apportent un équilibre aux rectangles du collier. De la même manière, savoir que quelqu’un se soucie de moi a un effet apaisant et équilibrant qui m’aide à surmonter mes difficultés.

A Renovator’s Dream in progress

Continuing on my series  A Renovator’s Dream – repurposing discarded materials – to be presented at the exhibition In Transit in Sydney at Depot II Gallery from 7 to 17 July (invitation coming…)

a renovator's dream in progress

Je continue à préparer ma série “Un Rêve de Rénovateur » – en recyclant des matériaux qui ont été jetés – et qui sera présentée à l’exposition En Transit à Sydney à la Galerie Depot II du 7 au 17 juillet prochain

Installing exhibitions at PICA

Recently volunteering as Installation Technician at Perth Institute of Contemporary Arts has given me a great opportunity to see what happens behind the scene before an exhibition opening.

En travaillant récemment bénévolement comme Technicienne d’Installation à l’Institut d’Art Contemporain de Perth (PICA)  j’ai eu l’opportunité de voir ce qui se passe dans les coulisses avant un vernissage d’exposition.

IMG_2684      IMG_2682

The artwork of the previous exhibition goes, new ones arrive… We are preparing for two shows: one of Tracey Moffatt, Kaleidoscope (http://pica.org.au/show/tracey-moffatt/), the other one An Internal Difficulty – Australian artists at the Freud museum London (http://pica.org.au/show/an-internal-difficulty/)

Les œuvres d’art de l’exposition précédente partent, de nouvelles arrivent… Deux expositions sont en préparation (voir liens  ci-dessus)

20150116_104043      20150210_110717

Demount, deinstall, repack, wash, fill in holes, sand, mask with tape, paint, sweep, scrap, etc… Up and down the stairs and the ladder many, many times, litres of water consumed while it’s 35 degres C outside and working in an old brick building with no air conditioning, feeling my muscles aching, thinking “I should do yoga more often” when crouching to paint a skirting board…

Working with a great team of people, fellow artists of all ages and experience, towards a common exciting goal actually made the experience enjoyable and interesting. It’s amazing what can be achieved in one day!

Démonter, désinstaller, remballer, nettoyer, remplir les trous, poncer, masquer avec de l’adhésif, peindre, balayer, gratter, etc… Monter et descendre les escaliers et l’escabeau de nombreuses fois, des litres d’eau consommés pendant qu’il fait 35 degrés dehors et que l’on travaille dans un vieux bâtiment en briques sans climatisation, sentir mes muscles douloureux et penser « je devrais faire du yoga plus souvent » en étant accroupie à peindre une plinthe… L’expérience est rendue plaisante et interessante par le fait de travailler dans une équipe sympa d’artistes de tous âges et expérience. C’est fascinant de voir tout ce qui peut être fait en une journée !

20150210_110308

Partitions installed, walls and floor painted, the rooms are getting ready to receive the new artworks.

Cloisons installées, murs et sols peints, les pièces sont prêtes à recevoir les nouvelles œuvres.

20150212_141406

Now is the time to very carefully unpack the artworks and for the two curators to give their instructions for the presentation.

Le temps est venu de très soigneusement déballer les œuvres et pour les deux conservateurs d’art de donner leurs instructions pour la présentation.

20150213_143259    20150216_135611

I get to learn all the tricks and technique for hanging.

J’apprends tous les trucs et technique pour l’accrochage.

20150213_140434    20150216_095255

The artists come to see they are happy with the way their work is presented. A mad dash to finish everything and… Voilà! ready for the opening.

Les artistes viennent pour voir s’ils sont contents avec la façon dont leur travail est présenté. La course pour tout finir à temps… Voilà! prêt pour le vernissage.

20150218_184554    20150218_184634

Traveling exhibition

The Marken-Schmuck exhibition is traveling.  After Studio G. Green in Munich, where it ended last week, now is the turn of Weilheim (40mn SW of Munich) at galerie Blickfang run by Gottlinde Singer until Christmas.

GSinger_Markenschmuck_Einladung

L’exposition Marken-Schmuck voyage. Après le Studio G. Green à Munich, où elle a fini la semaine dernière, c’est maintenant le tour de Weilheim (40mn au SO de Munich) à la galerie Blickfang de Gottlinde Singer jusqu’à Noël.

 

exhibition opening photos

Follow the link  to see the photos taken at the opening of the Marken-Schmuck exhibition in Munich by the local paper Westendonline (photos 7 to 29)

Marken-Schmuck opening
Marken-Schmuck opening

Suivez le lien pour voir des photos prises au vernissage de l’exposition Marken-Schmuck a Munich par le journal local Westendonline (photos 7 a 29)

award winning

I am feeling proud to have won the award for ‘addressing the theme most successfully’ at the Wear/Ware/Where exhibition ending this Sunday. It has been a very interesting and enjoyable experience to develop this body of work with the Passport serie.

award for 'addressing the theme most successfully'
award for ‘addressing the theme most successfully’

Je me sens fière d’avoir gagné le prix pour avoir ‘traité le sujet du thème avec le plus de succès’ à l’exposition Wear/Ware/Where qui se termine ce dimanche. Cela a été une expérience très intéressante et plaisante de faire cette série Passeport.