40 days 40 necklaces – day 37, “bright as a button”

Day 37, bright as a button. Repurposed button, jarrah beads, brass, stainless steel. © Blandine Hallé 2015
Day 37, bright as a button. Repurposed button, jarrah beads, brass, stainless steel. © Blandine Hallé 2015

For those who are not familiar with the varieties of timber, jarrah or Eucalyptus marginata is one of the most common species of Eucalyptus tree in the southwest of Western Australia. Its wood is dark red and very dense. It is  prized for use in furniture and parquetry. It was also commonly used as a building material and other outdoor uses in Western Australia as it is very resistant to weather and rot. I have boxes full of pieces of jarrah that I have gathered over years, from the woodwork craft that I used to practice to my studio renovation … It was already recycled when I gathered it, so now it’s upcycled.

Pour ceux qui ne sont pas familier avec les variétés de bois, le jarrah ou Eucalyptus marginata est une des espèces d’Eucalyptus les plus communes dans le sud-ouest de l’Australie Occidentale. Le bois est rouge sombre et très dense. Il est prisé pour son utilisation en ébénisterie et parquets. Il était aussi communément utilisé comme matériau de construction et autres utilisations extérieures en Australie occidentale car il est très résistant aux intempéries et à la pourriture (Il est maintenant remplace par le pin traité). J’ai des boites pleines de morceaux de jarrah que j’ai amassé au cours des années, venant du travail du bois que je pratiquais et de la rénovation de mon atelier… Il était déjà recyclé quand je l’ai amassé, il est maintenant ‘upcycled’ (réutiliser des objets ou des matériaux jetés de manière à créer un produit d’une plus haute qualité ou valeur que celui d’origine).

 

40 days 40 necklaces – day 36, “going nuts”

Day 36, going nuts. Gum nuts, linen thread, sterling silver. © Blandine Hallé 2015
Day 36, going nuts. Gum nuts, linen thread, sterling silver. © Blandine Hallé 2015

After yesterday’s big day, I thought I would take it easy today with some time off… not in the studio! Threading gum nuts seemed to be the kind of relaxing task I could knock off quickly. I soon realised it was not: with all the handy work I have been doing the last month, my fingers are tough and swollen, not the kind to enjoy threading through little holes! Very creative, I made the holes bigger – ah! Managed to finish before lunch time, had 30mn luxury siesta, and left for my time off… to the dentist for 2 hours to get a crown prepared, lying the mouth open, 4 hands in there with rubber gloves, blinded by the light, etc… then the supermarket to re-stock the pantry – my idea of leisure time: have I got my priorities’ wrong?

Managed another siesta before dinner. I thought all I had to do was to photograph the necklace, post it, done. No such thing… I picked up the necklace and first thing I saw was that I inverted one of the blue caps! (a few dirty words here, English and French, censored). I am NOT re-threading the whole necklace at 7pm, no way. So I had to be creative, again, very patient, always 🙂 with my big clumsy fingers, two pairs of tweezers, 4 fraying threads about 10mm long each, magnifying glasses. I’ll never be a surgeon. Tried many options, thought I was going nuts and throw the whole thing through the studio, took many deep breath and settled for silver tubes that I crimped. Done

Apres la grosse journée d’hier, j’ai pensé que j’aurai une journée relax aujourd’hui avec du temps… hors de l’atelier. Enfiler des graines d’eucalyptus m’a semblé être le genre de tâche facile que je pourrais finir rapidement. J’ai réalisé rapidement que cela n’était pas le cas : avec tout le travail manuel que je fais depuis un mois, mes doigts sont devenus gourds et plein de corne. Pas le genre à aimer passer des fils par des petits trous. Très créative, j’ai fait les trous plus gros – ah ! J’ai réussi à finir avant le déjeuner, j’ai eu 30mn de sieste luxueuse, et je suis partie pour mon après-midi de détente… chez le dentiste pour 2 heures pour me faire préparer une couronne, allongée avec la bouche ouverte, 4 mains dedans avec des gants de caoutchouc, aveuglée par la lumière, etc… puis au supermarché pour refaire le plein de provisions… mon idée des loisirs : je ne dois pas avoir les bonnes priorités… ?

Réussi à avoir une autre sieste avant le diner. Je pensais que tout ce que j’avais à faire c’était de photographier le collier, le mettre sur le blog, fini. Pas question… J’ai pris le collier et la première chose que j’ai vue est que j’avais inverti une des graines bleues (quelques mots grossiers ici en anglais et en français, censurés). Je ne réenfilerai pas tout le collier à 7heures du soir, pas question. Alors j’ai du être créative, encore, patiente, toujours J avec mes gros doigts gourds, deux paires de pinces, 4 fils de 10mm chacun qui s’effilochent, des lunettes grossissantes. Je ne serai jamais chirurgien. Essayé plusieurs options, je croyais devenir folle (le titre « going nuts », jeu de mots car « nuts » veux aussi dire « noix » ou graine) ahah), que j’allais tout balancer à travers l’atelier. De nombreuses grandes respirations, et finalement j’ai utilisé des petits tubes d’argent que j’ai serti. Fini.

 

40 days 40 necklaces – day 35, “learning curve”

Day 35, learning curve. Upcycled wood, sterling silver, stainless steel, thread. © Blandine Hallé 2015
Day 35, learning curve. Upcycled wood, sterling silver, stainless steel, thread. © Blandine Hallé 2015

Big day today, taught myself how to use a small lathe. This is my first attempt at making wood beads. Origin of wood unknown, but I suspect somewhere South-East Asia, considering the colour and softness – not a hardwood like a Western Australian one. Probably not from a sustainably managed forest… Previous life: my garden rake handle, broken a few months ago. No, no, can’t throw that away… might be useful one day…. the day has come!

Grosse journée aujourd’hui, je me suis appris comment utiliser un petit tour à bois. Ma première tentative à faire des perles en bois. Origine du bois inconnue, mais je suspecte Asie du Sud-Est en considérant la couleur et la densité – pas un bois dur comme en Australie Occidentale. Probablement pas une forêt gérée de façon durable… Vie précédente : le manche de mon râteau de jardin, cassé il y a quelques mois. Non, non, on ne peut pas jeter cela… ça peut servir un jour…. Le jour est venu !

 

40 days 40 necklaces – day 34, “follow the thread”

Day 34, follow the thread. Repurposed plastic tubes, paint, thread. © Blandine Hallé 2015
Day 34, follow the thread. Repurposed plastic tubes, paint, thread. © Blandine Hallé 2015

It’s quite an adventure every day… I have an idea in mind of a design with a particular material. I start preparing the material, here slicing circles from discarded plastic tubes. Then as I go on putting them together on the table and exploring designs, other ideas come up; I follow a thread and find myself in an instant working on another design. Then again, when I finish assembling the necklace, following the threads, the materials don’t do quite what I was expecting (this is all experimental), and other possibilities of design open up! So today I have settled for that one, but don’t be surprised if you see circles and threads popping up again somewhere along the track…

C’est une aventure chaque jour… j’ai une idée de design à l’esprit avec un matériau particulier. Je commence à préparer le matériau, ici à couper des cercles dans des tubes en plastiques jetés. Ensuite, alors que je les mets ensemble sur la table et que j’explore les possibilités de design, d’autres idées arrivent. Je suis une idée comme on suit un fil et je me retrouve en un instant à travailler sur un autre design. Ensuite, de nouveau, alors que je fini d’assembler le collier, en suivant les fils, les matériaux ne font pas exactement ce que j’attendais (tout cela est expérimental), et d’autres possibilités de design s’ouvrent ! Alors aujourd’hui voici ce collier, mais ne soyez pas surpris si vous voyez de nouveau surgir des cercles et des fils en chemin…

post-sciptum: j’ai traduit en francais le texte d’hier 🙂

40 days 40 necklaces – day 33, “my precious”

Day 33, my precious. Found object, thread, brass stamp. © Blandine Hallé 2015
Day 33, my precious. Found object, thread, brass stamp. © Blandine Hallé 2015

This is my personal contribution to the debate on what is jewellery today. We don’t even know how to call it: when you look at my tags on this blog, there is “contemporary jewellery”, “art jewellery”…

My perspective with this necklace (and the other 99 of this project) is that jewellery is an object that is worn on the body with the intent of adornment. English being my second language, and having a playful nature, I like to look at English words in a literal way: necklace = neck – lace. A lace around the neck. That gives me a lot of freedom for the 67 “laces around the neck” to come!

Adornment: that is a very subjective notion. How we decide to dress ourselves, our idea of what makes us look good, beautiful, attractive. The very notion of what is beautiful is subjective and varies from one person to another. This applies to jewellery in the same way it applies to any art form.

Then comes the questions around the object itself that is worn. Does it has to be precious to be considered jewellery? What does precious means anyway… talking about gold and silver, we say they are “precious metals”. I have the point of view that “precious” is not limited to the monetary value of the object. Something can be “precious” because we make it so. The object becomes “precious” by its meaning to us: it could be that we bought it during a trip overseas many years ago, or that someone gave it to us, or that it reminds us of our grand-mother, or that we found it on a special day. That’s our personal choice.

So here’s the story of “my precious” necklace:

This rusted metal object is significant for me as it refers to a specific time some years ago where I was fascinated with rusted pieces of metals that I would find anywhere I walked and that I collected. From memory I found this one in front of Fremantle train station – a lot of buses rolled on it to flatten it! It is special and precious because I never found any other like that, with that patina that I find beautiful. It’s beauty doesn’t come just from the different hues of rust blended with the old paint, it also comes from the design: a centered hole within a triangle within a circle. It is precious because I found it, I made it so. That’s what I like about found objects, usually those that are discarded: I bring them back to life. The life I decide. I play god like a little girl assigning roles to her toys.

Ceci est ma contribution personnelle au débat sur ce qu’est le bijou aujourd’hui. Nous ne savons même pas comme l’appeler : quand vous regardez mes « tags » sur le blog, il y a « bijou contemporain », et en anglais « bijou d’art »…

Ma perspective avec ce collier (et les 99 autres de ce projet) est que le bijou est un objet qui est porté sur le corps avec l’intention de décorer. L’anglais est une seconde langue pour moi, et j’ai une nature joueuse, j’aime traduire les mots anglais de façon littérale : neck (cou), lace (cordon) = un cordon autour du cou. Le collier est un cordon autour du cou. Cela me donne beaucoup de liberté pour les 67 « cordons autour du cou » à venir !

Décoration: c’est une notion très subjective. Comment nous décidons de nous habiller, notre idée de ce qui nous va bien, qui nous rend belle, séduisante. La notion même de ce qui est beau est subjective et varie d’une personne à un autre. Cela s’applique au bijou de la même manière que cela s’applique à toute forme d’art.

Vient ensuite les questions autour de l’objet lui-même qui est porté. Est-ce qu’il doit être précieux pour être considéré comme un bijou ? Qu’est-ce que veut dire précieux… en parlant de l’or et de l’argent, nous disons des « métaux précieux ». J’ai le point de vue que « précieux » n’est pas limité à la valeur monétaire de l’objet. Quelque chose peut être « précieux » parce que nous le considérons ainsi. L’objet devient « précieux » par la signification qu’il a pour nous : cela peut être parce que nous l’avons acheté pendant un voyage à l’étranger il y a plusieurs années, ou bien parce que quelqu’un nous l’a donné, ou bien parce qu’il nous rappelle notre grand-mère, ou bien nous l’avons trouvé un jour spécial. C’est notre choix personnel.

Alors voici l’histoire de “mon précieux” collier:

Cet objet rouillé en métal est significatif pour moi parce qu’il fait référence à une période particulière il y a quelques années où j’étais fascinée par les morceaux de métal rouillés que je trouvai en chemin partout où j’allais et que je ramassais. De mémoire j’ai trouvé celui-là devant la gare de Fremantle – beaucoup d’autobus ont roulés dessus pour l’aplatir ! Il est spécial et précieux parce que je n’en n’ai jamais trouvé un autre comme celui-ci, avec cette patine que je trouve belle. La beauté de l’objet ne vient pas seulement des différentes teintes de rouille mélangées à la vieille peinture, elle vient aussi du design : un trou au milieu à l’intérieur d’un triangle, à l’intérieur d’un cercle. Il est précieux parce que je l’ai trouvé, je l’ai rendu ainsi. C’est cela que j’aime dans les objets trouvés, ceux qui habituellement ont été jetés : je les ramène à la vie. La vie que je décide. Je joue à dieu comme une petite fille qui distribue des rôles à ses jouets.

40 days 40 necklaces – day 32, “learning flexibility”

Day 32, learning flexibility. Sterling silver, linen thread. © Blandine Hallé 2015
Day 32, learning flexibility. Sterling silver, linen thread. © Blandine Hallé 2015

I can breathe again, got the oxygen back on! 🙂 Returning to the project I started on Saturday… you know when you’ve got a brilliant idea and you can’t wait to see how fantastic it looks… well the first experiment started well, but didn’t finish so good – it’s in the silver scraps box ready to be melted again! So I started all over again, fortunately I had rolled enough silver sheet. This time I thought I would do it differently and stop where it looked good the first time before I stuffed it up… guess what: “it” (the material, my hand, the studio fairy?) took me to a completely different direction – and here you go, that’s the necklace of the day: folds galore!

Je peux respirer, j’ai de nouveau de l’oxygène ! J J’ai repris le projet que j’avais commencé samedi… vous savez quand vous avez une idée géniale et que vous ne pouvez pas attendre de voir l’air fantastique que cela a… Bon le premier essai a bien commencé, mais n’a pas trop bien fini – c’est dans la boite des bouts d’argents prêts à être refondus ! Alors j’ai tout recommencé depuis le début, heureusement j’avais laminé assez de feuille d’argent. Cette fois j’ai pensé que je ferai différemment et que je m’arrêterai là où c’était bien la première fois avant que je gâche tout… devinez : « ça » (le matériau, ma main, la fée de l’atelier ?) m’a emmené dans une direction complètement différente – et voilà, le collier du jour : des plis à profusion !

40 days 40 necklaces – day 31, “ode to country”

Day 31, ode to country. Paper, quandong seeds, natural dies, threads. © Blandine Hallé 2015
Day 31, ode to country. Paper, quandong seeds, natural dies, threads. © Blandine Hallé 2015

This necklace “ode to country” is my form of acknowledgment to country from my perspective as a European migrant.

Professor Mick Dodson explains:

When we talk about traditional ‘Country’…we mean something beyond the dictionary definition of the word. For Aboriginal Australians…we might mean homeland, or tribal or clan area and we might mean more than just a place on the map. For us, Country is a word for all the values, places, resources, stories and cultural obligations associated with that area and its features. It describes the entirety of our ancestral domains.”(1)

When I say “ode”, I acknowledge my French culture of origin. It means “a lyric poem, typically one in the form of an address to a particular subject, written in varied or irregular metre.” (2)

(1) http://australianstogether.org.au/stories/detail/welcome-to-country

(2) http://www.oxforddictionaries.com/definition/english/ode

Day 31, ode to country, close up. Paper, quandong seeds, natural dies, threads. © Blandine Hallé 2015
Day 31, ode to country, close up. Paper, quandong seeds, natural dies, threads. © Blandine Hallé 2015

Ce collier “ode au pays” est ma forme de reconnaissance du pays ou je vis en tant qu’émigrante européenne.

Le Professeur Mick Dobson explique :

« Quand nous parlons du « pays » traditionnel… nous voulons dire quelque chose au-delà de la définition du dictionnaire. Pour les Aborigènes australiens… nous voulons dire la patrie, ou la région du clan ou de la tribu, et nous voulons dire plus que juste un endroit sur une carte. Pour nous, Pays est un mot pour toutes les valeurs, les lieux, les ressources, les histoires, les obligations culturelles associées avec cette région et ses caractéristiques. Cela décrit entièrement notre domaine ancestral » (1)

Quand je dis « ode », je reconnais mon origine française. Une ode est une forme de poème lyrique. Cliquer ici pour définition complète.