Postgraduate Show & Diploma – Massana School, Barcelona

My 9 months stay in Barcelona is coming to an end. Last week I received the Postgraduate Diploma of Contemporary Applied Arts from the Massana School, Centre d’Art i Disenny (UAB).

2017 Postgraduate group with teachers and coordinators in front of Massana school

Prior to that the 15 postgrad students held an exhibition – In material – at  the gallery of Centre d’Artesania Catalunya, the Catalan centre for crafts located in the old district El Gotico. A great diversity of works in textile, ceramics, glass and jewellery was presented by our group. My pieces at the show comprised of 3 brooches and a necklace.

In front of my pieces at the Postgraduate Graduation Exhibition at Artesania Catalunya, 26-29 May 2017

An article in the Spanish magazine on arts & crafts Oficio y Arte was published about our 4 days exhibition.

Oficio y Arte magazine article, June 2017

From the start with my studies my intent was to bring together the different media of my art practice: photography, digital art and contemporary jewellery. For this I focused my work on the theme of the window, being symbolic of the passage between private and public space, between our inner emotional, psychological state and the world and people around us. I saw the window as an invitation to communication between those two worlds. It is through communication with others that we construct the image of who we are, that we develop our sense of identity. The windows not only let us see what is on the other side; they also act as mirrors which reflect our image. Hence the name of my project: “Mirar por la ventana” in Spanish – looking out of the window (or looking out the window).

looking out from my room in El Gotico. © B. Halle 2017

Starting from photos of buildings I took in my numerous wanders around Barcelona, I then edited the photos and incorporated the digital images I had created into the design of jewellery. During the first semester I worked with photos showing the original colours of the windows/buildings in a literal manner.

Original, unedited photo. From this…
… to this. Looking out the window 2. Brooch. Patinated brass, photographic paper, polycarbonate. © B. Halle 2017
Original unedited photo. From this….
… to this. Looking out the window 3. Brooch. Patinated brass, photographic paper, polycarbonate. © B. Halle 2017

The second semester started with a workshop with Dutch contemporary jeweler Katja Prins. These two  days were very inspiring and brought my project to another level. I then worked the photos in black and white and added hues of orange and green that I associate with nature: the green of grass & tree leaves, the orange sunset & flowers. I juxtaposed this organic element of colours of nature with the geometric forms and line of urban architecture. This process also allowed for the creation a visual cohesion and continuity in the series of pieces of jewellery I intended to make. After many more maquettes and prototypes,  I progressively left aside the literal image of windows for a more poetic evocation that left space for the free interpretation of the viewer. I also did more research and maquettes to find ways of bringing a third sculptural dimension to the plane surface of photographs.

Looking out the window 4. Brooch. Gold plated & patinated brass, photographic paper, polycarbonate. © B. Halle 2017

The organic element is even stronger in this necklace:

Looking out the window 6, necklace. Gold plated & patinated brass, kernel, thread. © B. Hallé 2017

I also developed decorative pieces inspired by architectural elements of the buildings of Barcelona: roof tiles, balconies…

Looking out the window 5. Brooch. Gold plated & patinatedbrass, photographic paper, polycarbonate. © B. Halle 2017

Having just graduated, my experience is that my project hasn’t reached its complete maturity yet. During the second semester we had another workshop with Spanish jeweler Marc Monzo . During that time I worked on sculptural maquettes that could later be transformed into pieces of jewellery. So I leave Barcelona with an open door in front of me, the artistic journey has just started.

Looking out the window 7B. Brooch. Patinated sterling silver, photographic paper, polycarbonate. © B. Halle 2017

Mon séjour de 9 mois à Barcelone arrive à sa fin. La semaine dernière j’ai reçu le diplôme supérieur d’arts appliqués de l’école Massana, Centre d’art et design (UAB).

Avant cela les 15 étudiants ont tenu une exposition – in material – à la galerie du Centre Catalan d’Artisanat, dans le vieux quartier du Gotico. Une grande diversité d’œuvres textile, céramique, verre et bijoux a été présentée par notre groupe. Mes pièces exposées étaient trois broches et un collier.

Il y a eu un article sur l’exposition de 4 jours dans le magazine espagnol d’artisanat d’art Oficio y Arte.

Dès le début du cours mon intention était de rassembler ensemble les différents media de ma pratique artistique : photographie, art numérique et bijou contemporain. Pour cela j’ai focalisé mon travail sur le thème de la fenêtre, en tant que symbole du passage entre l’espace privé et le public, entre notre état émotionnel et psychologique et le monde des gens autour de nous. J’ai vu la fenêtre comme une invitation à la communication entre ces deux mondes. C’est à travers la communication avec les autres que nous construisons l’image de qui nous sommes, que nous développons notre identité. Les fenêtres non seulement nous laissent voir ce qu’il y a de l’autre côté, mais également elles agissent comme un miroir qui réfléchissent notre image. D’où le nom de mon projet : «mirar por la ventana » en espagnol – en regardant par la fenêtre.

En partant des photos d’immeubles que j’ai prises dans mes nombreuses déambulations dans Barcelone, j’ai ensuite travaillé ces images puis je les ai incorporées dans le design des bijoux. Pendant le premier semestre, j’ai utilisé les photos d’une manière littérale en gardant les couleurs d’origine des fenêtres et des immeubles.

Le deuxième semestre a commencé par un atelier avec l’artiste bijoutière hollandaise Katja Prins. Ces deux jours ont été source d’inspiration et ont porté mon projet à un autre niveau. J’ai alors travaillé avec les photos en noir et blanc, et j’ai ajouté des teintes de vert et d’orange que j’associe avec la nature : le vert de l’herbe et des feuilles d’arbres, l’orange du coucher de soleil et des fleurs. J’ai juxtaposé ces couleurs de la nature avec les formes et lignes géométriques de l’architecture urbaine. Ce procédé m’a aussi permis de créer une cohérence et une continuité visuelle dans la série de bijoux que j’avais l’intention de faire. Après de nombreuses maquettes et prototypes, j’ai progressivement mis de côté les images littérales des fenêtres pour faire place à une évocation poétique qui laisse de l’espace pour la libre interprétation du spectateur. J’ai également fait plus de recherche et de maquettes afin de trouver les moyens d’ajouter une troisième dimension sculpturale à la surface plane de la photo.

L’élément naturel est encore plus fort dans le collier où j’ai utilisé des noyaux de fruits.

J’ai également développé des éléments décoratifs inspirés de l’architecture des immeubles de Barcelone : tuiles de toit, balcons…

Alors que je viens juste d’être diplômée, mon expérience est que mon projet n’a pas encore atteint sa maturité. Pendant le deuxième semestre nous avons eu un autre atelier avec l’artiste bijoutier espagnol Marc Monzo. J’y ait travaillé sur des maquettes sculpturales qui peuvent être ensuite transformées en bijoux. Je quitte donc Barcelone avec une porte ouverte en face de moi, le voyage artistique ne fait que commencer.

 

Joya Barcelona 2016

Some images of the main art jewellery fair in Spain – Joya Barcelona 2016 – that I visited last weekend.

Quelques images du principal salon espagnol du bijou d’art – Joya Barcelona 2016.

Joya Barcelona 2016 at Santa Monica Arts Centre
Joya Barcelona 2016 at Santa Monica Arts Centre

A great variety of styles and several groups were represented. Here is a selection of my favourites.

Une grande variété de styles et plusieurs groupes étaient représentés. Voilà une sélection de mes favoris.

Anna Krol
Anna Krol, Poland
Ignasi Cavaller, Spain
Snem Yildirim, Turkey
Snem Yildirim, Turkey
Gigi Mariani, Italy
Gigi Mariani, Italy
Yafit Ben Meshulem, Israel
Yafit Ben Meshulem, Israel
Susanna Baldacci, Pisa, Italy
Susanna Baldacci, Pisa, Italy
img_7653_web
Sunyoung Kim, Korea
ANIMAVIENNA, Austria
ANIMAVIENNA, Austria
ICKX gallery, Brussels, Belgium
ICKX gallery, Brussels, Belgium
ALLIAGES gallery, Lille, France
ALLIAGES gallery, Lille, France

Arriving in Barcelona – perdón mi Fran-spañol

Sometimes you wonder why you have started so late to do something –  well, after 4 days of full immersion into Barcelona’s life, I wonder why I didn’t started learning Spanish earlier… I feel really sorry for those who have to bear my Span-glish and/or Fren-nish or Fran-spañol or whatever has come out of my mouth in my poor and frustrated attempts to express myself…! And that’s only one side of communication: when someone speaks to you here, or when you read some printed material, there is usually a time at first where your mind goes in total blank mode, trying  to figure out what language you are hearing or reading: Catalan or Castellano! I am in Spain here so the official language is Spanish – or what is referred to as Castellano. But I am also in the town capital of the Catalan province that has its own language that is used predominantly everywhere. They both are close to French, sharing the same Latín origin, yet very differents. I usually identify Catalan by the “x” in unexpected places: “chocolate” in English becomes “chocolat”  in French, then “chocolate” in Spanish, that’s easy, although with a totally different pronunciation, to finally be “xocolata” in Catalan – haven’t figured out how to pronounce it…

Flight arriving in Barcelona

My sense of confusion has not been limited to languages. On arrival to Barcelona, after only one and a half hour of flight from Paris, I saw a harbour on the sea, with cranes, sea freight containers and cruise ships, a dry vegetation with hills at the back of the city… Sounds familiar to the Aussie readers? Yes, my Australian home town, Fremantle, has those too… and similar climate, after a 24hrs flight. The comparison stops there, once you are out and about there is no way to be mistaken!

Walking through El Gotic

There hasn’t been a day yet when I didn’t get lost in the maze of the old city. I am at the point where I have given up trying to locate where I am on a map, but rather think like yesterday “ok, I have 2 hours to get to school” – when ideally I could get there in 15mn in a straight line…

Getting lost…

Quite fun, really, when you never know what’s around the corner. Ornate buildings, churches, market…

Barcelona cathedral (c. 14th century)
Inside Santa Maria Del Mar Basilica (14th century)
Entry to the Boqueria Market

Arriving in a city where you know you are going to be for 9 months to study is a very different experience from the common tourist frenzy were you have to fit the maximum seighteeing into 3 days. No pressure to queue for an hour to visit a museum. Barcelona is packed with tourists, I even suspect they got all the ones that didn’t go to Paris this year because of the terrorist attacks. It is especially busy this weekend as it is the celebration of the city “La Mercè”. The fiesta even walked down “my” street yesterday, showing great display of costumes.

image
These ones obviously in honour of Gaudi

imageIt is a great feeling to come back “home” at night after a full day out, not to an anonymous hotel, but to an apartment where a lovely family lives (the mother, the 8 years old son, and the mother’s brother) and rent me a room. On my way back after a big day out, I stopped at Santa Maria Del Mar Basilica for a moment of silence and wonder before it closed.

Santa Maria Dl Mar at night
Santa Maria Del Mar at night

I got lost again… but thank God there are some unmistakable landmarks in this city!

Torre Mirador del Rei Marti, Palau Reial Major

Quelques fois on se demande pourquoi on a commencé quelque chose si tard dans la vie ;  après 4 jours d’immersion totale à Barcelone, je me demande pourquoi je n’ai pas commencé à apprendre l’espagnol plus tôt! J’ai de la peine pour ceux qui doivent supporter mon  Fran-gnol ou Esp-anglais ou quoi que ce soit qui sort de ma bouche dans mes tentatives pitoyables et frustrantes à m’exprimer… Et cela n’est qu’un côté de la communication : quand quelqu’un me parle ou quand je lis quelque chose d’écrit, il y a en général un moment où mon esprit va dans un vague brouillard blanc, alors qu’il essaye de deviner quelle langue il entend ou lit : du Catalan ou du Castillan ! Je suis en Espagne alors la langue officielle est l’espagnol, que l’on appelle aussi Castillan. Mais je suis aussi dans la capitale de la province de Catalogne qui a sa propre langue qui est utilisée avec prédominance partout. Ces deux langues sont proches du Français, partageant la même origine latine, mais pourtant très différentes. En général j’identifie le Catalan par la lettre « x » placée à des endroits inattendus : « chocolat » devient « chocolate » en Castillan, et devient « xocolata » en Catalan – je n’ai pas encore compris comment cela se prononce…

Ma confusion n’a pas été limitée aux langues. En arrivant à Barcelone, après seulement une heure et demi de vol depuis Paris – et pas 24hrs – j’ai vu un port sur la mer, avec des grues, des containers maritimes et des bateaux de croisière, une végétation sèche avec des collines dans le lointain derrière la ville… le même genre de paysage familier que « ma » ville, chez moi à Perth, avec le port de Fremantle à côté duquel j’ai ma maison. Le climat ici aussi est similaire, Je ne connais pas Marseille mais j’imagine que cela pourrait-être la même expérience. Mais la comparaison s’arrête là, une fois dans la rue, il n’y a plus de confusion possible !

Il n’y a pas encore eu un seul jour où je ne me sois pas perdue dans le labyrinthe de la vieille ville. J’en suis au point où je n’essaye plus de savoir où je suis sur la carte, mais plutôt de penser, comme je l’ai fait hier, « bon, j’ai deux heures pour arriver à l’école » – quand idéalement je pourrai y être en 15mn en ligne droite…. En fait c’est très amusant, on ne sait jamais ce que l’on va trouver au coin de la rue: une église, un marché, des immeubles originaux et décorés…

Arriver dans une ville où l’on sait que l’on va être là pour 9 mois pour vivre et étudier est une expérience très différente de celle de la frénésie du touriste qui doit voir et faire le maximum de choses en 3 jours. Je ne ressens pas l’urgence et la pression de faire la queue pendant une heure ou plus pour aller visiter un musée. Barcelone est bourrée de touristes et je suspecte que la ville reçoit tous ceux qui ne sont pas venus à Paris ces derniers mois à cause des attaques terroristes. Il y a eu une foule particulièrement grande ce weekend car c’est la célébration de la fête de la sainte patronne « La Mercè ».

C’est une sensation très agréable de rentrer “chez soi” le soir, et non pas dans un hôtel anonyme après toute une journée dehors,  mais dans un appartement avec une famille sympa qui y habite (la mère, le fils de 8 ans, et le frère de la mère) et qui me loue une chambre.  En rentrant après une grosse journée hier, je me suis arrêtée à la basilique Sainte Marie de la mer que j’aime beaucoup pour un moment de silence et d’émerveillement avant qu’elle ne ferme pour la nuit. Et puis je me suis perdue de nouveau ! Heureusement qu’il y a des points de repères évidents dans cette ville !