Who do you think I am – Ep5

Mamy, my maternal grand-mother Madeleine, was fed as a newborn with donkey’s milk(1), for the reason that her father, Maurice Bottet, had an aversion to dairy products! Not only he had banned those from the house, but he also had forbidden his wife (Marie Suquet, or Mémé) to breastfeed her two children. She wrote it in her memoir book. She had married at 19 and Maurice was 11 years older than her. At the end of 19th century, women weren’t given a voice, forbid to say a choice. Marie’s life so far had been, from birth to 13 years old living a carefree childhood in Puerto Rico in a family of planters, to a Paris 8th district bourgeois apartment(2) and a nuns’ boarding school, to another Paris 8th district bourgeois apartment through her marriage to a military reserve officer who was devoting his time to the inventory and documentation of 18th and 19th century weapons. I find it difficult to imagine Marie being very happy.

Maurice & Marie Bottet (born Suquet) and Madeleine (6 years old)

When I look at that photograph taken after 8 years (c.1900) of marriage, I see that Maurice has gained the weight that goes with the bourgeois lifestyle and status. He stands as head of the family and Marie, below him, upright and pretty, staring off into the distance, somewhat absent. Or maybe in her mind she is looking at the Caribbean Sea horizon… Standing next to her is Madeleine, 6 years old (my maternal-grandmother). Four years later in 1904, Mémé’s beloved older brother, Eugenio, dies at 32, after a life of struggle with his authoritarian father. In her memoir book, Mémé talks often about her sadness in the face of her brother’s destiny. His loss would have left a great void.

There is nothing to envy to the life of a woman in France in the 19th and first half of the 20th century, dominated by a patriarchal system at all levels of society. In 1804 in his Civil Code (article 1124), Napoleon stated in a monument of misogyny, that « minors, married women, criminals, and people mentally insane have no legal capacity »(3). That means that women would go, through marriage, from being under the authority of their father to the authority of their husband. The legal incapacity of women will endure until 1938. France might be the land of great thinkers and revolutions, but this country can also show great resistance to change. Women in France conquered the right to vote as late as 1945, while such rights were acquired in New Zealand in 1893, in 1902 in Australia and in 1928 in the UK (4).

The irony  of this patriarchal system is that when my father married my mother in 1950, even though my mother was bringing more financial wealth from her family (in the form of dowry) than my father, legally she didn’t have the right to have a bank account in her name and a cheque book. She raised a family of 5 children and until 1965, when a new law changed marriage status, she had to be assisted or represented by her husband for managing her finances (5). My mother was never a feminist and she was always happy to devote herself to raise the children in complete submission to my father. She would proudly say that this was her “job” as opposed to those other women, that she despised, who wanted to have a profession and a career. I grew up with three brothers and one sister, in a family where there was a clear difference in terms of duties and privileges whether you were a girl or a boy. For example my father never allowed me to drive his car, a classy Citroen DS21 (in the late 1970s, early 80s) while my brothers had the right to do so. All through my youth, I liked to wear pants more than dresses, not just because I found them more practical, but mostly because I found there was something utterly undermining in wearing a dress. To present myself so obviously feminine had something very embarrassing and shameful. I thought I looked like an idiot, I felt like an idiot. When I grew up I always thought I was the only one feeling like this. It is only much later in life, as an adult, that I found out from my mother that my older sister also had wished she was a boy when she grew up…

In 1968, a few districts from my family’s apartment, French youth took over the streets of Paris, writing idealistic slogans on the walls, like “it is forbidden to forbid” and “let’s be realistic, demand the impossible”. At the time I was doing my primary education in a strict and severe Catholic school, for girls only, where the uniform was a navy blue pleated skirt & jumper with a white shirt. Something of the ambient air of revolution found its way inside the school and we were announced this change in the regulation: we were now authorised to wear pants only to the condition that we would wear the uniform skirt on top of it! Another opportunity for embarrassment.

I found out recently that in 2013, a French law dating from 1800 had only been removed from the Civil Code for being incompatible with the principles of equality between men and women. It stated that «any woman wishing to dress like a man can only do so if authorised by the Police Headquarters»(6).  At the beginning of the 19th century, this law was put in place to forbid women to cross-dress as men, and by doing so to access functions and activities only accessible to men at the time. This took place in the context of the aftermath of the French Revolution years when women took on a very active role. Even though this law wasn’t enforced anymore for a long time, it had remained written in the Code, as a reference in the collective mind until 3 years ago.

When in 1909 Mémé was still a young woman, mother of two children, she would witness the great mutations of the 20th century society such as the advent of automobile and the telephone. That year an official memorandum in reference to the 1800 law was released that said that a woman could wear pants « if (she) holds in her hand a bicycle handlebar or the reins of a horse»(6). I don’t know if Mémé ever rode a horse or a bicycle, but I know she never drove a car and learned how to use a telephone.

  1. lait d’anesse / donkey’s milk is considered very close to maternal milk. At the end of 19th century it was commonly used to feed babies, sometimes directly to the donkey
  2. 28 rue Portalis, 75008
  3. Code Napoleon «Les personnes privées de droits juridiques sont les mineurs, les femmes mariées, les criminels et les débiles mentaux. »
  4. Voting rights / Droit de vote
  5. Statut mariage / marital status Le mariage fut donc jusqu’à cette loi, une forme de tutelle car la femme mariée avait besoin d’être autorisée, assistée ou représentée par son mari dans la gestion de ses biens
  6. Droit de porter un pantalon / right to wear pants « si la femme tient par la main un guidon de bicyclette ou les rênes d’un cheval»

Mamy, ma grand-mère maternelle Madeleine, a été nourrie bébé avec du lait d’ânesse (1), pour la raison que son père, Maurice Bottet, avait une aversion aux les produits laitiers ! Non seulement il avait banni ceux-ci de la maison, mais il avait aussi interdit à sa femme (Marie Suquet, ou Mémé) d’allaiter ses deux enfants. Elle l’a écrit dans son livre de mémoires. Elle s’est mariée à 19 ans avec Maurice, de 11 ans son ainé. A la fin du 19ème siècle, les femmes n’avaient pas le droit à la parole, encore moins le droit de choisir. La vie de Marie jusque-là avait été, de la naissance jusqu’à 13 ans à vivre une enfance insouciante dans une famille de planteurs à Porto Rico, à un appartement bourgeois parisien dans le 8ème arrondissement (2) et une école religieuse, à un autre appartement bourgeois par son mariage avec un officier militaire de réserve qui dévouait son temps à l’inventaire et la documentation des armes du 18ème et 19ème siècle. Je trouve difficile d’imaginer Marie très heureuse.

Quand je regarde cette photo prise après 8 ans de mariage (vers 1900), je vois que Maurice a gagné le poids qui va avec le mode de vie bourgeois et son statut. Il se tient en chef de famille et Marie, en dessous de lui, droite et jolie, qui regarde fixement au loin, en ayant l’air absente. Ou peut-être dans son esprit elle regarde l’horizon de la mer des Caraïbes… A côté d’elle debout se tient Madeleine, 6 ans (ma grand-mère maternelle). Quatre ans plus tard en 1904, le frère bien aimé de Mémé, Eugenio, meurt à 32 ans, après une vie de bataille envers l’autorité paternelle. Dans son livre de mémoires, Mémé parle souvent de sa tristesse face au destin de son frère. Sa perte a dû laisser un grand vide.

Il n’y a rien à envier de la vie d’une femme en France au 19ème siècle et pendant la première moitié du 20ème, dominée par un système patriarcal à tous les niveaux de la société. En 1804 dans son Code Civil (article 1124), Napoléon déclare dans un monument de misogynie que « les personnes privées de droits juridiques sont les mineurs, les femmes mariées, les criminels et les débiles mentaux »(3). Cela veut dire que les femmes passaient, par le mariage, d’être sous l’autorité de leur père à être sous l’autorité de leur mari. Cette incapacité légale de la femme durera jusqu’en 1938. La France peut être le pays des grands penseurs et des révolutions, mais il peut aussi montrer une grande résistance au changement. Les femmes en France n’ont conquis le droit de vote qu’en 1945, alors que ces droits ont été acquis en Nouvelle Zélande en 1893, en 1902 en Australie et en 1928 en GB (4).

L’ironie de ce système patriarcal est que quand mon père s’est marié avec ma mère en 1950, malgré le fait que ma mère apportait plus de richesse financière par sa famille (sous la forme de dot) que mon père, légalement elle n’avait pas le droit d’avoir un compte en banque en son nom propre, ni un chéquier. Elle a élevé une famille de 5 enfants et jusqu’en 1965, quand une nouvelle loi a changé le statut du mariage, elle devait être assistée ou représentée par son mari pour gérer ses finances (5). Ma mère n’a jamais été une féministe et elle a toujours été heureuse de se dévouer à élever ses 5 enfants, dans la soumission la plus totale à mon père. Elle disait fièrement que c’était son « travail », en comparaison avec les autres femmes, qu’elle méprisait, qui voulait avoir une profession et une carrière. J’ai grandi avec trois frères et une sœur, dans une famille où il y avait une claire différence entre les devoirs et les privilèges selon que vous étiez une fille ou un garçon. Par exemple mon père ne m’a jamais autorisé à conduire sa voiture, la très chic Citroën DS21, (à la fin des années 70, début 80) alors que mes frères y avaient droit. Pendant toute ma jeunesse j’ai préféré porter des pantalons plutôt que des robes, pas seulement parce que je trouvais cela plus pratique, mais surtout parce que je trouvais qu’il y avait quelque chose de complètement débilitant dans le fait de porter une robe. Me présenter comme cela aussi féminine avait quelque chose de très embarrassant et de honteux. Je pensais que j’avais l’air d’une idiote, je me sentais idiote. Quand j’ai grandi, je pensais que j’étais la seule à ressentir cela. Ce n’est que bien plus tard dans la vie, une fois adulte, que j’ai appris par ma mère que ma sœur ainée aurait voulu aussi être un garçon quand elle était petite…

En 1968, à quelques arrondissements de l’appartement familial, la jeunesse française s’emparait des rues de Paris, écrivant des slogans idéalistes sur les murs, comme “il est interdit d’interdire” et « soyons réalistes, demandons l’impossible ». A cette époque je suivais mon éducation primaire dans une école catholique stricte et sévère, pour filles uniquement, où l’uniforme était une jupe plissée et un pull bleu marine avec un chemisier blanc. Quelque chose de l’air ambiant de révolution a pu entrer dans l’école et nous avons été informées d’un changement du règlement : nous étions maintenant autorisées à porter un pantalon qu’à la condition de porter la jupe d’uniforme par-dessus ! Une autre occasion d’être dans l’embarras.

J’ai découvert récemment qu’en 2013, une loi française datant de 1800 venait seulement d’être retirée du Code Civil car incompatible avec les principes d’égalité entre hommes et femmes. Elle disait que « toute femme désirant s’habiller en homme doit se présenter à la Préfecture de police pour en obtenir l’autorisation »(6). Au début du 19ème siècle, cette loi avait été mise en place pour interdire aux femmes de se travestir en hommes, et grâce à cela de pouvoir accéder aux fonctions et activités accessibles seulement aux hommes à cette époque. Cela se passait dans le contexte des années post-Révolution durant lesquelles les femmes avaient pris un rôle très actif. Bien que cette loi n’ai plus été appliquée depuis longtemps, elle était restée écrite dans le Code, comme une référence dans l’esprit collectif jusqu’à il y a 3 ans.

Quand en 1909 Mémé était encore une jeune femme, mère de deux enfants, elle a été témoin des grandes mutations du 20ème siècle, comme les débuts de l’automobile et du téléphone. Cette année-là, une circulaire officielle en relation avec la loi de 1800 a été publiée disant qu’une femme pouvait porter un pantalon « si (elle) tient par la main un guidon de bicyclette ou les rênes d’un cheval ». Je ne sais pas si Mémé s’est jamais déplacée à cheval ou à bicyclette, mais je sais qu’elle n’a jamais conduit de voiture ou appris à se servir d’un téléphone.

 

 

 

 

4 thoughts on “Who do you think I am – Ep5

  1. Dear Blandine, Such a fascinating story – I am really enjoying it. An interesting note about the 1902 vote for women in Australia was that it was precipitated in Western Australia particularly because the extra votes were needed to get the Federation of Australian States across the line. Apparently WA was lagging behind in support of the Federation.

    One wonders how easy it was to access donkey milk in a busy city like Paris!

    Keep writing – it is a marvellous thing to be doing.

    Love Jacquie.

    • Dear Jacquie, thank you for your interesting comment on voting rights in Australia where the decision was made with a political agenda. In France in 1945 it was a reward to the great contribution of women during the war…
      About the availability of donkey’s milk: my grand-mother was born in July, so it’s very likely she spent the summer months at the house (Montbrun) 25km North of Paris, total countryside at the time; there was a farm on the property with very possibly a donkey. When she was young, my mother used to go and get the milk there, cow’s milk this time, for normal consumption! 🙂 best Blandine

  2. Dear Blandine, Actually Western Australia had the vote for women in 1899, before the rest of Australia. ! best wishes, Jacquie.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s