Who do you think I am – Ep6

The sculpture looks over the living room, proudly standing on the fireplace console. Fine features with an aquiline nose, he has a face that shows of self-confidence. Behind him is a large mirror reflecting his image in the room. One always goes with the other, the sculpture and its image in the mirror, its material reality and its reflection, the facts and the legend. Near the fireplace, on an early 19the century table sits a precious book. Golden arms are imprinted in the centre of the brown leather cover. The living room décor is imposing with its French Empire furniture, wall fabric and Persian rug. The only object that belongs to the contemporary reality is the television set, with its 1960s wood laminate finish. It stands as another totem of worship in the room, as my father is devoting his working life to the Philips Company, with a sense of duty that will lead him to an early death. On the black and white TV screen the family watches the General de Gaulle’s speeches to the nation and man’s first steps on the moon. My leisure time is filled with the adventures of Flipper the dolphin, Skippy the kangaroo and their young boy friends. I am surrounded by legendary figures. Their story is rarely spoken about, yet they are omnipresent and the object of my silent admiration. I look at him on his pedestal, me, intimidated little girl growing up not knowing what to become in my own life. “When I grow up, I want be…?”

J.J. Caffieri (1725-1792). Sculpture of Noël Hallé (1711-1781)
J.J. Caffieri (1725-1792). Sculpture of Noël Hallé (1711-1781)

The bust in the lounge room is actually a copy. The original was made by an 18th century French sculptor J.J. Caffieri (1725-1792). My paternal grand-father had seven copies made, one for each of his children. In seven living rooms the ancestor was standing, haunting the lives of his descendants. He is Noël Hallé (1711-1781), 18th century little known French painter. In 1995 was published a 700 pages book, Nicole Willk-Brocard ‘s Art & Archeology Doctorate Thesis, on the achievement of an ill-known dynasty of French painters from the 17th and 18th centuries: the Hallé (1). But when I grew up, the only source of knowledge about my paternal ancestry was that old book in the family lounge room. I read it as a teenager and found it difficult to relate to all the historical facts and figures about my ancestors that had been thoroughly recorded. And because questions and discussions were not something encouraged with my father, the ancestors’ story always kept the mysterious feeling of a legend.

The old book was written by a Catholic priest, O. Estournet. It was published and presented in 1905 to the Society of Fine Arts at the Beaux-Arts school in Paris (2). He was the Parish priest of Châtres in Seine-et-Marne, near Paris, where some descendants of the painters (brothers of my great-grand father) had a family property. They had respectfully kept all the archives of their ancestors. I only found that out today in N. Willk-Brocard’s book that I managed to find for sale in a specialised bookshop in Paris. Estournet then spent several years retracing the Hallé family history. Here it goes with the further research that I made…

Rouen Cathedral with wood & gold-plated lead spire before 1822 fire
Rouen Cathedral with wood & gold-plated lead spire before 1822 fire

Early16th century in Rouen, Normandy, Jacques Hallé (born c. 1500), was a master plumber. Not the kind of modern trade that has to do with installing bathrooms. Originally a plumber was a tradesman working with lead, from the French “plomb” and “plombier” (3). Jacques Hallé worked in 1544 at the reconstruction of the Rouen cathedral spire that had been destroyed by fire in 1514. Designed by architect R. Becquet the new spire was a wooden construction in the form of a pyramid covered with gold-plated lead. I am trying to picture my ancestor’s job, loaded with his tools and lead materials, climbing 359 stone steps, then a further 212 wooden steps, then climbing ladders to reach the top of the spire at 132 meters above ground! (4, 5 & 6). This construction took several years due to the unrest of the religious wars between the Protestants and Catholics. Unfortunately that spire was struck by lightning and burnt down in 1822. It was rebuilt in cast iron in pure gothic style, finished in 1884 and visible today.

Jacques had two sons, Pierre who became a master goldsmith in 1553 and Geoffroy I (born ca. 1530) who became the principal of a Catholic college, Les Bons-Enfants, not existing anymore today. Geoffroy I married and had 6 children.

During the 16th century, the French Renaissance period, Rouen was a thriving city, the second in the kingdom after Paris. It stood in a very strategic position for trading at the estuary of the Seine River that flows from Burgundy through Paris. The harbour was then the busiest one in France. The manufacturing and dyeing of broadcloth were very important industries in Rouen and Paris. Broadcloth was the main textile made in those days, woven from wool. In Rouen merchants imported wool from England, Prussia and Spain, as well as dyeing products such as red brazilwood (pernambouco), indigo from South and Central America. They had almost a monopoly in providing the dyeing materials and alum used as a mordant for dyes. The manufacturing of ecru cloth was made in Rouen. Some broadcloth was dyed there, but a lot of raw cloths were sent to Paris for dyeing then sold to Lyon, Spain and Portugal. The Saint-Vivien parish where my ancestors were from was a district of craftspeople. Textile workers were usually poor and were working on one cloth at a time with the wool threads lend by the merchants. The merchants were controlling both ends of the industry, the purchasing of the raw materials and the sales of the finished product (7), making the entreprise a very profitable one.

Geoffroy I’s eldest son, Geoffroy II (ca. 1555-1639) benefited from the good education he received at his father’s college and made most of it in the context of the time: he became a broadcloth merchant and married in 1595 with Marguerite de Tourny from an established goldsmith family. They had 7 children, 4 of them died at a young age, a common thing in those days. The eldest son, Jean-Baptiste (ca 1596), became a master goldsmith in Rouen in 1619. The youngest son, Daniel (1614-1675) is my ancestor. He didn’t want to follow his father’s footsteps as a merchant. Geoffroy II’s sister Marie had married a master painter with whom the young Daniel became apprentice at the age of 17 for five years. In 1636 in Rouen he became master painter.

goldsmith workshop 1576
goldsmith workshop 1576
  1. Willk-Brocard, Nicole. Une Dynastie: Les Hallé. Paris, Arthena, 1995. Doctorat thesis http://www.theses.fr/1992PA100035 Revue bibliographique: http://www.persee.fr/doc/rvart_0035-1326_1997_num_115_1_348316_t1_0072_0000_005
  2. La famille des Halle. O. Estournet. Réunion des sociétés savantes des départements à la Sorbonne. Section des beaux-arts, Ministère de l’instruction publique, 1905. Accessed online : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k206223g/f87.item.zoom
  3. Etymology plumber http://www.etymonline.com/index.php?term=plumber
  4. Lettre à M. Alavoine, architecte de la nouvelle flèche en fonte de fer de la cathédrale de Rouen, sur la flèche de Robert Becquet, incendiée le 15 septembre 1822. By A. Deville, edition Nicétas Périaux, 1831. Pages 15-18. Accessed online https://books.google.fr/books?id=L8OL8DJxpGoC&source=gbs_navlinks_s
  5. Histoire Sommaire Et Chronologique De La Ville De Rouen. Page 274, accessed online https://books.google.fr/books?id=iO8MAwAAQBAJ&dq=1544+couverture+plomb+fleche+de+rouen&source=gbs_navlinks_s
  6. Revue des architectes de la cathédral de Rouen, jusqu’à la fin du XVIe siècle. A. Deville, Edition Péron. Accessed online https://books.google.fr/books?id=Zg0tAAAAYAAJ&source=gbs_navlinks_s
  7. La maison, la fabrique et la ville. L’industrie du drap fin en France (XVe-XVIIIe siècles). Persée. Accessed online http://www.persee.fr/doc/hes_0752-5702_1994_num_13_3_1707
Rouen, 15th century house. © Elisa Dolléans
Rouen, 15th century house. © Elisa Dolléans

Le buste trône dans le salon, fièrement planté sur la console de la cheminée. Les traits fins, le nez aquilin, il a le visage qui montre une confiance en soi. Derrière lui  un grand miroir qui reflète son image dans la pièce. L’une va toujours avec l’autre: la sculpture et son image dans le miroir, la réalité matérielle et son reflet, les faits et la légende. A côté de la cheminée, sur une table en acajou du début 19ème siècle se tient un livre précieux. Des armoiries dorées sont incrustées dans la reliure en cuir brun. Le décor du salon est imposant avec ses meubles Empire, ses tissus muraux, et son tapis persan. Le seul object qui appartienne à la réalité contemporaine est le poste de télévision, avec sa finition en bois laminé des années 60. C’est l’autre totem dans la pièce, celui à qui mon père dévoue sa vie de travail à la société Philips, avec un sens du devoir qui va l’amener à une mort précoce. Sur l’écran noir et blanc la famille regarde les discours du général de Gaulle et le premier homme qui a marché sur la Lune. Mon temps de loisirs est rempli des aventures de Flipper le dauphin, Skippy le kangourou et leurs amis héros petits garçons. Je suis entourée par des figures légendaires. Leur histoire est rarement racontée, pourtant elles sont omniprésentes et sont l’objet de mon admiration silencieuse. Je le regarde sur son piédestal, moi, petite fille intimidée qui grandit en ne sachant pas quoi devenir dans ma vie. « Quand je serai grande, je serai…? »

Le buste dans le salon est en fait une copie. L’original a été fait par un sculpteur français du 18eme siècle, J.J. Caffieri (1725-1792). Mon grand-père paternel en a fait faire sept copies, une pour chacun de ses enfants. Dans les sept salons l’ancêtre trônait, hantant les vies de ses descendants. C’est Noel Hallé (1711-1781), peintre peu connu du 18eme siècle. En 1995 un livre de 700 pages a été publié, la thèse de doctorat de Nicole Willk-Brocard sur les accomplissements d’une dynastie méconnue de peintres français du 17ème et 18ème siècle : les Hallé (1). Mais quand j’ai grandi, la seule source de connaissance au sujet de mes ancêtres paternels était ce vieux livre dans le salon familial. Je l’ai lu quand j’étais adolescente, mais j’ai eu du mal à me connecter avec toutes les données historiques et chiffrées qui étaient écrites sur ma famille . Et parce que les questions et les discussions n’étaient pas encouragées par mon père, l’histoire des ancêtres a toujours gardé le sentiment mystérieux des légendes.

Le vieux livre a été écrit par un prêtre catholique, O. Estournet. Il a été publié et présenté en 1905 à la Société des Beaux-Arts à l’école des Beaux-Arts à Paris (2). Il était le curé de la paroisse de Châtres en Seine-et-Marne, près de Paris, où des descendants des peintres (des frères de mon arrière-grand-père) avaient une propriété de famille. Ils avaient respectueusement gardé toutes les archives de leurs ancêtres. J’ai appris cela seulement aujourd’hui dans le livre de N. Willk-Brocard, que j’ai réussi à trouver à acheter dans une librairie spécialisée à Paris. Estournet a alors passé plusieurs années à retracer l’histoire de la famille Hallé. La voilà avec le complément de recherches que j’ai fait…

Au début du 16ème siècle à Rouen, Jacques Hallé (né c. 1500) était maitre plombier. Pas le genre de plombier moderne qui installe des salles de bains. A l’origine, un plombier était un ouvrier qui travaillait avec du plomb. Jacques Hallé travailla en 1544 à la reconstruction de la flèche de la cathédrale de Rouen qui avait été détruite par un incendie en 1514. La nouvelle flèche, conçue par l’architecte R. Becquet, était une structure en bois en forme de pyramide recouverte de plomb plaqué de feuilles d’or. J’essaye de me représenter le travail de mon ancêtre, chargé de ses outils et matériaux de plomb, montant les 359 marches en pierres, puis les 212 marches en bois, pour enfin escalader des échelles pour arriver en haut de la flèche à 132 mètres au-dessus du sol ! (4, 5 & 6). Cette construction a pris plusieurs années à cause des troubles crées par les guerres de religion entre les protestants et les catholiques. Malheureusement la flèche a été touchée par la foudre et a brulée en 1822. Elle a été reconstruite en fer forgé dans un pur style gothique, finie en 1884, et visible aujourd’hui.

Jacques a eu deux fils, Pierre qui est devenu maitre orfèvre en 1553 et Geoffroy I (né c. 1530) qui est devenu principal d’un collège catholique, Les Bons-Enfants, qui n’existe plus aujourd’hui. Geoffroy I se maria et eu 6 enfants.

Au 16eme siècle, qui est la période de la Renaissance en France, Rouen était une ville florissante, la deuxième du royaume après Paris. Elle se tenait à un endroit stratégique pour le commerce à l’estuaire de la Seine qui coule depuis la Bourgogne en passant par Paris. Le port était à cette époque le plus actif de France. La fabrication et la teinture du drap de laine étaient alors une industrie très importante à Rouen et à Paris. Le drap de laine tissée était le principal textile utilisé à cette époque. A Rouen les marchands importaient la laine d’Angleterre, de Prusse et d’Espagne, ainsi que des produits pour la teinture tels que le bois du Brésil rouge (Pernambouc), l’indigo d’Amérique du Sud et Centrale. Ils avaient une position de quasi-monopole pour fournir ces produits ainsi que l’alun qui servait de fixatif pour les teintures. La fabrication du drap écru était faite à Rouen même. Certains étaient teint sur place, mais beaucoup étaient envoyés écrus à Paris pour être teint là-bas, puis vendu à Lyon, en Espagne et au Portugal. La paroisse de Saint-Vivien d’où provenaient mes ancêtres était un quartier d’artisans. Ceux du textile étaient généralement pauvres et travaillaient sur un drap à la fois avec les fils de laine avancés par les marchands. Ceux-ci contrôlaient les deux côtés de l’industrie, l’achat des matières premières et la vente des produits finis (7), ce qui en faisait une entreprise très fructueuse.

Le fils ainé de Geoffroy I, Geoffroy II (ca. 1555-1639) ) bénéficia de la bonne éducation qu’il reçut au collège de son père et en tira bien parti dans le contexte de l’époque: il devint marchand de draps et maria en 1595 Marguerite de Tourny qui était d’une famille établie d’orfèvres. Ils ont eu 7 enfants, dont 4 sont morts en bas âge, chose commune à l’époque. L’ainé, Jean-Baptiste (ca 1596) est devenu maitre orfèvre à Rouen en 1619. Le fils cadet, Daniel (1614-1675) est mon ancêtre. Il ne voulu pas suivre le chemin de son père comme marchand. La sœur de Geoffroy II, Marie, avait épousé un maitre peintre avec qui le jeune Daniel est devenu apprenti à l’âge de 17 ans pour cinq ans. Il devint maitre peintre en 1636 à Rouen.

Who do you think I am – Ep5

Mamy, my maternal grand-mother Madeleine, was fed as a newborn with donkey’s milk(1), for the reason that her father, Maurice Bottet, had an aversion to dairy products! Not only he had banned those from the house, but he also had forbidden his wife (Marie Suquet, or Mémé) to breastfeed her two children. She wrote it in her memoir book. She had married at 19 and Maurice was 11 years older than her. At the end of 19th century, women weren’t given a voice, forbid to say a choice. Marie’s life so far had been, from birth to 13 years old living a carefree childhood in Puerto Rico in a family of planters, to a Paris 8th district bourgeois apartment(2) and a nuns’ boarding school, to another Paris 8th district bourgeois apartment through her marriage to a military reserve officer who was devoting his time to the inventory and documentation of 18th and 19th century weapons. I find it difficult to imagine Marie being very happy.

Maurice & Marie Bottet (born Suquet) and Madeleine (6 years old)

When I look at that photograph taken after 8 years (c.1900) of marriage, I see that Maurice has gained the weight that goes with the bourgeois lifestyle and status. He stands as head of the family and Marie, below him, upright and pretty, staring off into the distance, somewhat absent. Or maybe in her mind she is looking at the Caribbean Sea horizon… Standing next to her is Madeleine, 6 years old (my maternal-grandmother). Four years later in 1904, Mémé’s beloved older brother, Eugenio, dies at 32, after a life of struggle with his authoritarian father. In her memoir book, Mémé talks often about her sadness in the face of her brother’s destiny. His loss would have left a great void.

There is nothing to envy to the life of a woman in France in the 19th and first half of the 20th century, dominated by a patriarchal system at all levels of society. In 1804 in his Civil Code (article 1124), Napoleon stated in a monument of misogyny, that « minors, married women, criminals, and people mentally insane have no legal capacity »(3). That means that women would go, through marriage, from being under the authority of their father to the authority of their husband. The legal incapacity of women will endure until 1938. France might be the land of great thinkers and revolutions, but this country can also show great resistance to change. Women in France conquered the right to vote as late as 1945, while such rights were acquired in New Zealand in 1893, in 1902 in Australia and in 1928 in the UK (4).

The irony  of this patriarchal system is that when my father married my mother in 1950, even though my mother was bringing more financial wealth from her family (in the form of dowry) than my father, legally she didn’t have the right to have a bank account in her name and a cheque book. She raised a family of 5 children and until 1965, when a new law changed marriage status, she had to be assisted or represented by her husband for managing her finances (5). My mother was never a feminist and she was always happy to devote herself to raise the children in complete submission to my father. She would proudly say that this was her “job” as opposed to those other women, that she despised, who wanted to have a profession and a career. I grew up with three brothers and one sister, in a family where there was a clear difference in terms of duties and privileges whether you were a girl or a boy. For example my father never allowed me to drive his car, a classy Citroen DS21 (in the late 1970s, early 80s) while my brothers had the right to do so. All through my youth, I liked to wear pants more than dresses, not just because I found them more practical, but mostly because I found there was something utterly undermining in wearing a dress. To present myself so obviously feminine had something very embarrassing and shameful. I thought I looked like an idiot, I felt like an idiot. When I grew up I always thought I was the only one feeling like this. It is only much later in life, as an adult, that I found out from my mother that my older sister also had wished she was a boy when she grew up…

In 1968, a few districts from my family’s apartment, French youth took over the streets of Paris, writing idealistic slogans on the walls, like “it is forbidden to forbid” and “let’s be realistic, demand the impossible”. At the time I was doing my primary education in a strict and severe Catholic school, for girls only, where the uniform was a navy blue pleated skirt & jumper with a white shirt. Something of the ambient air of revolution found its way inside the school and we were announced this change in the regulation: we were now authorised to wear pants only to the condition that we would wear the uniform skirt on top of it! Another opportunity for embarrassment.

I found out recently that in 2013, a French law dating from 1800 had only been removed from the Civil Code for being incompatible with the principles of equality between men and women. It stated that «any woman wishing to dress like a man can only do so if authorised by the Police Headquarters»(6).  At the beginning of the 19th century, this law was put in place to forbid women to cross-dress as men, and by doing so to access functions and activities only accessible to men at the time. This took place in the context of the aftermath of the French Revolution years when women took on a very active role. Even though this law wasn’t enforced anymore for a long time, it had remained written in the Code, as a reference in the collective mind until 3 years ago.

When in 1909 Mémé was still a young woman, mother of two children, she would witness the great mutations of the 20th century society such as the advent of automobile and the telephone. That year an official memorandum in reference to the 1800 law was released that said that a woman could wear pants « if (she) holds in her hand a bicycle handlebar or the reins of a horse»(6). I don’t know if Mémé ever rode a horse or a bicycle, but I know she never drove a car and learned how to use a telephone.

  1. lait d’anesse / donkey’s milk is considered very close to maternal milk. At the end of 19th century it was commonly used to feed babies, sometimes directly to the donkey
  2. 28 rue Portalis, 75008
  3. Code Napoleon «Les personnes privées de droits juridiques sont les mineurs, les femmes mariées, les criminels et les débiles mentaux. »
  4. Voting rights / Droit de vote
  5. Statut mariage / marital status Le mariage fut donc jusqu’à cette loi, une forme de tutelle car la femme mariée avait besoin d’être autorisée, assistée ou représentée par son mari dans la gestion de ses biens
  6. Droit de porter un pantalon / right to wear pants « si la femme tient par la main un guidon de bicyclette ou les rênes d’un cheval»

Mamy, ma grand-mère maternelle Madeleine, a été nourrie bébé avec du lait d’ânesse (1), pour la raison que son père, Maurice Bottet, avait une aversion aux les produits laitiers ! Non seulement il avait banni ceux-ci de la maison, mais il avait aussi interdit à sa femme (Marie Suquet, ou Mémé) d’allaiter ses deux enfants. Elle l’a écrit dans son livre de mémoires. Elle s’est mariée à 19 ans avec Maurice, de 11 ans son ainé. A la fin du 19ème siècle, les femmes n’avaient pas le droit à la parole, encore moins le droit de choisir. La vie de Marie jusque-là avait été, de la naissance jusqu’à 13 ans à vivre une enfance insouciante dans une famille de planteurs à Porto Rico, à un appartement bourgeois parisien dans le 8ème arrondissement (2) et une école religieuse, à un autre appartement bourgeois par son mariage avec un officier militaire de réserve qui dévouait son temps à l’inventaire et la documentation des armes du 18ème et 19ème siècle. Je trouve difficile d’imaginer Marie très heureuse.

Quand je regarde cette photo prise après 8 ans de mariage (vers 1900), je vois que Maurice a gagné le poids qui va avec le mode de vie bourgeois et son statut. Il se tient en chef de famille et Marie, en dessous de lui, droite et jolie, qui regarde fixement au loin, en ayant l’air absente. Ou peut-être dans son esprit elle regarde l’horizon de la mer des Caraïbes… A côté d’elle debout se tient Madeleine, 6 ans (ma grand-mère maternelle). Quatre ans plus tard en 1904, le frère bien aimé de Mémé, Eugenio, meurt à 32 ans, après une vie de bataille envers l’autorité paternelle. Dans son livre de mémoires, Mémé parle souvent de sa tristesse face au destin de son frère. Sa perte a dû laisser un grand vide.

Il n’y a rien à envier de la vie d’une femme en France au 19ème siècle et pendant la première moitié du 20ème, dominée par un système patriarcal à tous les niveaux de la société. En 1804 dans son Code Civil (article 1124), Napoléon déclare dans un monument de misogynie que « les personnes privées de droits juridiques sont les mineurs, les femmes mariées, les criminels et les débiles mentaux »(3). Cela veut dire que les femmes passaient, par le mariage, d’être sous l’autorité de leur père à être sous l’autorité de leur mari. Cette incapacité légale de la femme durera jusqu’en 1938. La France peut être le pays des grands penseurs et des révolutions, mais il peut aussi montrer une grande résistance au changement. Les femmes en France n’ont conquis le droit de vote qu’en 1945, alors que ces droits ont été acquis en Nouvelle Zélande en 1893, en 1902 en Australie et en 1928 en GB (4).

L’ironie de ce système patriarcal est que quand mon père s’est marié avec ma mère en 1950, malgré le fait que ma mère apportait plus de richesse financière par sa famille (sous la forme de dot) que mon père, légalement elle n’avait pas le droit d’avoir un compte en banque en son nom propre, ni un chéquier. Elle a élevé une famille de 5 enfants et jusqu’en 1965, quand une nouvelle loi a changé le statut du mariage, elle devait être assistée ou représentée par son mari pour gérer ses finances (5). Ma mère n’a jamais été une féministe et elle a toujours été heureuse de se dévouer à élever ses 5 enfants, dans la soumission la plus totale à mon père. Elle disait fièrement que c’était son « travail », en comparaison avec les autres femmes, qu’elle méprisait, qui voulait avoir une profession et une carrière. J’ai grandi avec trois frères et une sœur, dans une famille où il y avait une claire différence entre les devoirs et les privilèges selon que vous étiez une fille ou un garçon. Par exemple mon père ne m’a jamais autorisé à conduire sa voiture, la très chic Citroën DS21, (à la fin des années 70, début 80) alors que mes frères y avaient droit. Pendant toute ma jeunesse j’ai préféré porter des pantalons plutôt que des robes, pas seulement parce que je trouvais cela plus pratique, mais surtout parce que je trouvais qu’il y avait quelque chose de complètement débilitant dans le fait de porter une robe. Me présenter comme cela aussi féminine avait quelque chose de très embarrassant et de honteux. Je pensais que j’avais l’air d’une idiote, je me sentais idiote. Quand j’ai grandi, je pensais que j’étais la seule à ressentir cela. Ce n’est que bien plus tard dans la vie, une fois adulte, que j’ai appris par ma mère que ma sœur ainée aurait voulu aussi être un garçon quand elle était petite…

En 1968, à quelques arrondissements de l’appartement familial, la jeunesse française s’emparait des rues de Paris, écrivant des slogans idéalistes sur les murs, comme “il est interdit d’interdire” et « soyons réalistes, demandons l’impossible ». A cette époque je suivais mon éducation primaire dans une école catholique stricte et sévère, pour filles uniquement, où l’uniforme était une jupe plissée et un pull bleu marine avec un chemisier blanc. Quelque chose de l’air ambiant de révolution a pu entrer dans l’école et nous avons été informées d’un changement du règlement : nous étions maintenant autorisées à porter un pantalon qu’à la condition de porter la jupe d’uniforme par-dessus ! Une autre occasion d’être dans l’embarras.

J’ai découvert récemment qu’en 2013, une loi française datant de 1800 venait seulement d’être retirée du Code Civil car incompatible avec les principes d’égalité entre hommes et femmes. Elle disait que « toute femme désirant s’habiller en homme doit se présenter à la Préfecture de police pour en obtenir l’autorisation »(6). Au début du 19ème siècle, cette loi avait été mise en place pour interdire aux femmes de se travestir en hommes, et grâce à cela de pouvoir accéder aux fonctions et activités accessibles seulement aux hommes à cette époque. Cela se passait dans le contexte des années post-Révolution durant lesquelles les femmes avaient pris un rôle très actif. Bien que cette loi n’ai plus été appliquée depuis longtemps, elle était restée écrite dans le Code, comme une référence dans l’esprit collectif jusqu’à il y a 3 ans.

Quand en 1909 Mémé était encore une jeune femme, mère de deux enfants, elle a été témoin des grandes mutations du 20ème siècle, comme les débuts de l’automobile et du téléphone. Cette année-là, une circulaire officielle en relation avec la loi de 1800 a été publiée disant qu’une femme pouvait porter un pantalon « si (elle) tient par la main un guidon de bicyclette ou les rênes d’un cheval ». Je ne sais pas si Mémé s’est jamais déplacée à cheval ou à bicyclette, mais je sais qu’elle n’a jamais conduit de voiture ou appris à se servir d’un téléphone.